Octobre Rose : vive nos seins !

octobre_rose

Ce post existe egalement en : Nederlands (Néerlandais)

Le mois d’octobre nous est cher pour les messages qu’il partage avec la campagne annuelle « Octobre Rose ».

Nous souhaitions en profiter pour partager quelques tips pour apprendre à effectuer vous-même votre dépistage.

Et aussi rendre honneur à nos chères poitrines !

L’évolution de notre perception des seins

Le rapport à notre poitrine, de boobs à seins en passant par glandes mammaires ou nichons, évolue en fonction de notre histoire et de notre âge.

Qu’ils débarquent par surprise ou soient attendus impatiemment quand nous sommes ado, nos seins deviennent rapidement un sujet d’intérêt, pour nous-mêmes et parfois pour d’autres. Certaines vont se sentir à l’aise très tôt avec leur poitrine, quand d’autres prendront un peu plus de temps pour s’habituer à cette nouveauté sur leur torse.

Combattantes, libérées du soutif ou plus traditionnelles, peu importe. Pourvu qu’on se sente bien dans notre corps et qu’on en prenne soin.

Même si c’est un cheminement parfois difficile, on apprend à aimer nos seins ado et cette histoire va durer toute notre vie. Nos seins changent de formes avec l’âge et les étapes de vie, pour autant on peut toujours être fières d’eux.

Nous sommes d’ailleurs nombreuses à oser, de plus en plus facilement avec l’âge, montrer que nous sommes fières de nos poitrines et bomber le torse avec cette pointe d’arrogance qui nous va bien.

Si à 15 ans on peut être pleine de questionnements sur nos seins, l’âge aidant, nous pouvons être fières des femmes accomplies que nous sommes devenues. Alors, toutes ensemble, tête haute, buste fier, nos seins remontent sous notre impulsion.

À quoi ça sert les seins ?

Pour le plaisir, déjà, seule ou en couple. C’est d’ailleurs leur fonction première. Oui, oui ! Car ce qui sert à allaiter, ce ne sont que les glandes mammaires, qui entrent en production pendant la grossesse. Alors que c’est bien la graisse qui donne aux seins leurs formes si attrayantes, parfois rondes, généreuse, ou fines et délicates. 

Les seins ont un rôle de séduction visuel mais aussi un rôle de plaisir tactile. Stimulés, notamment au niveau du mamelon, on ne vous fait pas de dessin, la température monte. Et dans tout le corps. Incroyable tout de même, quand on y pense, cette coordination : stimulés, les seins engendrent une lubrification du vagin. La nature est vraiment merveilleusement faite.

Qu’est-ce que c’est Octobre Rose ?

Histoire d’Octobre Rose


Les premiers a avoir sensibilisé et communiqué sur le sujet sont les Etats-Unis en 1985. En France, on doit remercier le groupe Estee Lauder d’avoir donné de l’ampleur au sujet en communiquant en 1994 dans le magazine Marie-Claire.

Octobre Rose est une période dédiée à la sensibilisation au dépistage contre le cancer. Ventes aux enchères, courses à pied, messages sur les réseaux…. nombreuses sont les actions Octobre Rose.

Pourquoi le dépistage est primordial dans la lutte contre le cancer du sein ? Et pourquoi on trouve cela important ?

  • Être attentif à soi. On peut même pousser le conseil à nos copains mecs. Car oui, leur poitrine est plus plate mais il existe des cas de cancer du sein aussi chez les hommes.
  • Détecter plus tôt pour prévenir et avoir plus de chances de guérir totalement.
  • C’est aussi un acte fort vis-à-vis de soi-même, pour marquer qu’on est à l’écoute, qu’on prend le temps de se connecter à soi et d’identifier chaque partie de son corps. On a un formidable corps à disposition. Nous sommes en vie. Prenons-en soin, car nous savons notre vie est encore pleine de surprises et de rires !

Pourquoi le ruban rose ?

C’est encore madame Evelyn H. Lauder qui a co-créé ce symbole, avec le magazine Self Magazine. Symbole de tous les partenaires et de toutes les personnes qui veulent marquer leur engagement pour lutter contre le cancer du sein et le prévenir. En 20 ans, plus de 100 millions de rubans ont été distribués gratuitement dans le monde. On peut les retrouver en octobre sur les présentoirs des partenaires, qui mettent en valeur les messages clefs de cette campagne (certaines mairies, collectivités locales, entreprises privées, mais aussi dans les parfumeries Marionnaud par exemple…)

Dépistage du cancer et palpation des seins : comment on fait ?

  • Observez simplement tout d’abord. Les bras le long du corps, puis les mains sur les hanches.
  • Observez encore mais cette fois les bras levés,
  • puis, penchée en avant,
  • et enfin, allongée sur le côté.

Oui, oui c’est important d’avoir une vision sous tous les angles pour bien connaitre vos seins et être capable d’observer justement s’ils changent. 

Regardez bien la taille, la forme, d’éventuelles rougeurs, des modifications au niveau du mamelon ou de la peau, des renflements ou la présence d’écoulements du mamelon, avec ou sans pincement.

  • Ensuite palpez. C’est à dire, utilisez la pulpe de vos trois doigts du milieu et le centre de la main pour toucher vos seins. Réalisez trois pressions, de la plus douce à la plus forte.
  • Commencez la palpation en partant du mamelon et poursuivez ensuite vers l’extérieur du sein. En essayant de former des lignes droites.
  • Renouvelez en décalant la ligne de palpation, de manière à faire tout le tour du sein. 

Qu’est ce qui doit m’inquiéter lors de la palpation des seins ?

Voici les anomalies qui doivent vous pousser à consulter :

  • Une variation de la taille et de la forme de l’un de vos seins ;
  • Une boule palpable ; ou l’apparition d’une bosse ; 
  • Une rétractation de la peau (du sein ou du mamelon) ;
  • Un épaississement de la peau ;
  • De l’eczema
  • Une sensation de chaleur dans le sein ou le bras
  • Une rougeur ou des veines apparentes ;
  • Un écoulement au niveau d’une mamelon ;
  • Toute anomalie d’apparition récente.

À quelle fréquence ? Idéalement tous les mois, et précisément une semaine après le début des règles, dès 20 ans, chaque mois. C’est ainsi que vous deviendrez vraiment familière avec votre poitrine et serez le plus à même d’observer si vous constatez une anomalie, pour le partager bien sûr avec un médecin.

J’ose pas ou j’ai peur ?

Vous n’osez pas, ou craignez de ne pas savoir le faire. Prenez rendez-vous avec votre gynéco. Discutez-en avec lui ou elle et apprenez comment effectuer vous-même ce dépistage, entre deux rendez-vous chez votre gynéco. Vous n’avez pas encore trouvé le vôtre ? Demandez à vos amies si elles recommandent le leur, c’est toujours plus agréable d’arriver en confiance.

Haut les seins ! Fières et accomplies, prenez soin de vous, nos chères mamans Little Big Change. 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site web !