Qu’est que vous faites pour la journée Internationale des Droits des Femmes ?

Le 8 mars, c’est la journée internationale des Droits des Femmes : jour de fête ou jour de lutte ? Un peu des deux. Nous sommes résolument optimistes chez Little Big Change, néanmoins il y a encore du chemin sur le sujet de l’égalité des droits, dans beaucoup de pays mais aussi en France.

Oui, faisons la fête pour célébrer toutes ces femmes qui se sont battues et celles qui se battent aujourd’hui. Ainsi que les hommes (il y en a quelques-uns bien sûr) qui les ont soutenues et ceux d’aujourd’hui qui luttent à leur côté pour l’égalité des droits. Profitons de cette « journée » pour les honorer et nous remémorer leurs actions et leur courage, afin d’inspirer toutes et tous pour continuer de combattre les inégalités, et ce, toute l’année.

1. Lorigine de la journée internationale des Droits des Femmes

C’est une longue histoire.

En 1977, les Nations Unies ont officialisé cette journée. Plusieurs pays avaient déjà adopté cette date (par exemple l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark ou la Suisse), d’autres pays avaient encore besoin d’être incités, comme la France.

Pourtant, nous avions en France plusieurs femmes fortes engagées sur ce sujet, comme Simone de Beauvoir, qui a participé à l’une des premières Journée des femmes organisée en Belgique le 11 novembre 1972.

Mais nous avons du attendre 1982 pour que la date du 8 mars soit adoptée en France. Grâce à plusieurs femmes dont Yvette Roudy, Ministre déléguée aux droits des femmes. Yvette Roudy a su mobiliser pour être reçue avec 450 femmes à l’Élysée afin que le Président annonce plusieurs mesures en faveur des droits des femmes. Depuis 1982, la Journée des droits des femmes est donc officiellement instaurée en France.

Le sujet est important et il a besoin de ces « fêtes » officielles. De vieux briscards, mais aussi de plus jeunes, n’ont pas encore les yeux bien ouverts sur le sujet. Néanmoins, nous pensons que les générations actuelles sont majoritairement conscientes de l’égalité qui doit exister. Alors continuons d’en parler et de progresser ensemble. Et en tant que parents Little Big Change nous avons toutes et tous un rôle à jouer.

journee_internationale_des_droits_des_femmes

2. Les erreurs à éviter et les bonnes idées

Vous comprendrez donc qu’il serait évidemment maladroit de faire le raccourci, malheureusement encore courant, de dire qu’il s’agit de la « Fête des femmes ».

Voici la liste des erreurs qui montrent une compréhension erronée de la Journée internationale des droits des Femmes :

  • Faire un cadeau hors-sujet, voire niais et sexiste, comme un bouquet de fleurs.
  • Ne pas déployer d’efforts les autres 364 jours de l’année. C’est une journée commémorative pour continuer d’avancer, pas la seule journée où on y est attentifs.
  • Faire des déclarations maladroites sur l’amour pour les femmes (le message est simple : obtenir l’égalité, pas recevoir des déclarations d’amour mais des actions qui font progresser la société sur la voie de l’égalité)

À l’inverse, voici quelques idées pour montrer votre engagement :

  • Poster sur les réseaux sociaux sur le sujet, sur des actions que vous trouvez intéressant
  • S’abonner à des groupes de conversation sur les réseaux sociaux pour se tenir au courant de l’actualité, des événements ou des formations sur le sujet.
  • Lire des ouvrages pratiques et féministes, comme les « Libérées » de Titou Lecoq, des biographies de personnes inspirantes sous forme de BD, comme les « Culottées » de Pénélope Bagieu, regarder des séries de féministes comme Lena Dunham, ou lire les romans de Virginie Despentes, par exemple. Les manifestes impératifs à connaître pour muscler sa compréhension du sujet sont nombreux, comme celui de Simone de Beauvoir « Le Deuxième sexe », ou encore « Une Chambre à soi », de l’iconique Virginia Woolf. On aurait pu écrire cet article simplement en citant les auteures qui nous inspirent et nous rendent fières d’être femmes, nous donnent le courage et l’envie de continuer ce qu’ont commencé nos aînées, pour nous et pour nos enfants. Désolés si on s’est restreint, mais si vous avez de bonnes lectures à nous partager, nous sommes preneurs 🙂

Pourquoi pas même réécouter le premier album de Madonna ?lire_egalite

  • Participer aux débats, dans la vie de tous les jours ou sur Internet (pourquoi pas même apporter votre vision en commentaires des articles de notre Mag Little Big Change) et défendre l’idée que les parents sont égaux.

3. Est-ce que cest une journée qui prend plus dimportance quand on est parent ?

Il est probable que votre nouvelle position sociale de parent vous incite naturellement à vous poser plus de questions sur l’égalité. La journée internationale des Droits des Femmes vous amènera à vous interroger sur la place de chacun dans le foyer et sur la place que vous souhaitez pour votre enfant.

Voici notre top 3 des sujets qui amènent à se poser des questions ensemble sur l’égalité dans le foyer :

  • Bien sûr, il y a tout un tas de questions relatives au ménage, à l’administratif, à Bébé… En somme, tous les sujets liés à l’organisation du quotidien.

En nouveau chef de projet, vous, jeune parent et votre chéri.e, définirez probablement les périmètres d’intervention de chacun. Vous déciderez peut-être d‘attribuer certaines tâches selon vos domaines d’expertise, tout en veillant à un partage égal. La seconde partie « répartition égale » est bien évidement cruciale. Sans oublier de prendre en compte la charge mentale associée ! Si l’un des deux est plus doué que l’autre dans plus de tâches quotidiennes, ce n’est pas une raison pour les prendre systématiquement en charge. C’est, au contraire, une occasion pour celui qui a le moins d’expertise d’apprendre et de développer de nouvelles compétences. Ces nouvelles compétences seront peut-être même à ajouter dans son CV. Bref quelle aubaine !

  • Mais il y a aussi des questions structurelles, comme le nom de famille. On dit que c’est la tradition de transmettre à l’enfant le patronyme du père ? Le fait est que la majorité des enfants portent le nom de famille du papa, ou le nom du papa puis celui de la maman. Mais pourquoi 50% des enfants ne portent pas le nom de la maman ? Les femmes pourraient prétendre à choisir leur nom pour l’ensemble de la famille. Ce serait une compensation logique pour l’effort consenti pendant la grossesse. Ça vaut bien ce droit là, non ? D’ailleurs, si certains s’interrogent, un homme marié peut tout à fait choisir de prendre comme nom marital celui de son épouse.
  • Des questions d’ordre plus social viendront au fur : que ce soit sur le choix des vêtements, des jouets… Est-ce que vous habillez votre fille de rose et de noeuds satinés, quand votre garçon arborera des vêtements bleus et des motifs de camion ? Est-ce que votre enfant aura des jouets choisis selon l’a priori du sexe, ou souhaitez-vous lui faire découvrir des jeux ludiques et pédagogiques ?

Finalement, l’arrivée de Bébé nous incite à nous interroger et à l’élever avec des principes d’égalité. Nous avons beaucoup réfléchi au sujet du genre sur plusieurs thématiques : la chambre, les vêtements, les fêtes d’anniversaire et les jouets. Retrouvez-les sur notre blog.

On espère que cet article vous aura apporté quelques idées et surtout qu’il vous donnera l’envie de participer et de rêver à un monde meilleur.

Bravo et merci à tous les parents Little Big Change !