Comment aider bébé à faire ses nuits ?

aider_bébé_nuits

Avant même de faire connaissance avec bébé, la plupart des futurs parents angoissent que bébé mette un long temps à “faire ses nuits” les privant de sommeil pendant de longs mois.

Il faut dire que, collectivement, on ne les aide pas vraiment à se détendre ! Qui n’a pas déjà entendu les phrases qui arrivent quasi-systématiquement parmi les premières réactions à l’annonce de l’heureux événement :

“Oh la la, dors tant que tu peux, parce qu’après la naissance ça ne va pas être la même histoire”, ou encore le fameux “moi j’ai des potes, leur bébé n’a pas fait ses nuits avant 1 an et demi”, ou encore le très optimiste “de toute façon, tu vas être crevé(e) au moins jusqu’à ses 15 ans…”

Pourtant, comme diraient nos grands-parents : ça fait des générations qu’on fait des enfants et le monde va bien ainsi.

Vous y survivrez, on est là pour vous y aider. 

Déjà réjouissez-vous : vous avez statistiquement plus de chances d’avoir un bébé qui fait ses nuits que de gagner à l’EuroMillions. Bien davantage.

Ne complexez pas non plus devant votre tata, qui claironne à qui veut l’entendre, que ses 3 enfants dormaient déjà 8 heures d’affilée avant même de sortir de la maternité : elle bluffe.

Donc, plutôt que de vous flageller parce que le vôtre ne fait pas ses nuits ou, pire, de l’implorer à genoux de dormir, ou encore d’être à un pouce de le menacer de terribles représailles sur son doudou préféré, rappelez-vous : fonder une famille est un jeu d’équipe ! Tenez compte des forces et faiblesses de chacun pour atteindre un objectif commun : être heureux. Et pour être heureux, nous le partageons avec vous, il faut être reposé.

Alors, comment relever le challenge ? 

Les 6 règles à respecter pour que bébé fasse plus facilement ses nuits :

  • Essayez de placer le dernier biberon à l’heure qui vous arrange le plus. En tout cas, autant que possible, à un moment qui correspond au rythme de vos journées. Pour ça, il faut faire un peu de calcul : en fonction du nombre de biberons à lui donner par jour, vous estimez la durée entre chaque biberon, et pouvez essayer de les décaler petit à petit dans le sens qui vous arrange.
  • Ne vous pressez pas pour le dernier biberon. Quand on allaite, c’est moins évident qu’avec un biberon de suivre les quantités ingurgitées, mais dans les deux cas, on ne peut que vous conseiller d’être particulièrement attentifs à créer un contexte paisible, sans précipitation, pour ce dernier repas. Ça augmentera les chances que le lionceau soit vraiment repu. Une fois que la bête a mangé, fait son rot et s’est endormie : courez vous coucher ! Chaque minute écoulée entre son endormissement et le vôtre est une minute de sommeil perdue pour vous, avant qu’il se remette en mode “réveil-matin : Ouuiiinnnn »
  • Ne le prenez pas dans vos bras au moindre chouinement nocturne. Une simple caresse sur le ventre ou le flanc suffit à l’apaiser et à le faire replonger dans le sommeil. Vous vous serez levé, certes, mais aurez évité la formule complète : réveil, biberon, change, endormissement. 
  • N’arrivez pas en pleins phares, ça va achever de le réveiller. Limitez autant que possible la lumière : en quelques jours, vous avez répété suffisamment ces mêmes opérations de biberon et de change pour pouvoir les réaliser les yeux fermés.
  • Ne l’empêchez pas de dormir pendant la journée en pensant qu’il dormira plus longtemps la nuit. C’était malin sur le papier, certes, mais évitez. De notre expérience, il est vraisemblable qu’il en soit tellement fatigué qu’il n’arrive pas à s’endormir. Si si, les bébés trop fatigués pleurent de façon très impressionnante, énervée et qui va crescendo. Préférez une promenade au grand air, l’effet est garanti !
  • Évitez les massages, l’idée est sympa et généreuse, mais pas forcément adaptée dans l’optique d’endormir un bébé. En réalité, les massages stimulent ses sens et le réveillent… Préférez un bain ou un petit câlin tout calme.

La plupart des parents comprennent beaucoup trop tard que « faire ses nuits » c’est tenir 6 heures entre deux biberons. On ne parle pas de vous permettre tout de suite une grasse matinée prolongée après une soirée fiesta… Plutôt de pouvoir être suffisamment reposés pour pouvoir retrouver une ambiance apaisée à la maison.

Mais pourquoi certains bébés font leur nuit très tôt ? 

Oui, il y a des bébés qui dorment 6 heures avant même de sortir de la maternité. Ce phénomène s’explique souvent par le fait qu’ils ont un réflexe de succion qui les apaise et leur donne l’impression de prendre un biberon alors qu’ils dorment, ce 1 à 2 ou 3 fois avant que la faim ne reprenne le dessus sur le sommeil.

Les autres bébés qui réussissent cette performance sont ceux qui ne se sentent pas rassurés et se réfugient dans le sommeil. S’il ne fait pas ses nuits vous pourrez au moins vous consoler en vous disant que bébé vous trouve formidable comme parent et que sa motivation est telle qu’il se hâte de se réveiller pour partager un petit-déjeuner sympa avec vous.

Pour les plus cartésiens voici quelques moyennes et repères sur le sujet :

  • À un mois, il se réveille toutes les nuits, voire plusieurs fois par nuit. Il dépasse rarement 4 heures ou 5 heures entre deux biberons. Sachant qu’il vous faut le changer et vous recoucher, on vous épargne le calcul : il vous reste 3 heures pour dormir.
  • À deux ou trois mois, il commence à être capable de tenir 6-7 heures entre deux biberons.
  • Ensuite plusieurs périodes viendront vous rappeler ses débuts : les poussées dentaires, les érythèmes fessiers…
  • Mais aussi à l’âge de 2-3 ans, quand il apprend le “non”. Des cauchemars chahutent parfois la nuit son assurance facile. À cet âge, vous viendrez le réconforter aussi pour lui apporter toute la confiance possible et l’aider ainsi à grandir.

Toujours prêts pour l’aventure et les rigolades, c’est tout vous et votre famille !