Retour à la maison du bébé et de la mère après la maternité : à savoir !

Cette fois, c’est la bonne. Votre enfant est né, et avec cet accouchement la première étape dans votre parentalité vient d’être franchie. Pas de place aux vacances, les jours suivants la naissance seront eux aussi bien occupés. Déclarations administratives, rendez-vous de contrôle, retour à la maison avec bébé et premières larmes vont rythmer cette période.

Les bébés, c’est comme les revenus : on les déclare !

Votre bébé est né, c’est le retour à la maison et il est temps désormais de signaler son arrivée. La sage-femme ou le médecin ont fait la déclaration de naissance. Dans les 5 jours suivants, le père doit reconnaître le bébé à la mairie du lieu de naissance.  C’est à ce moment-là que le prénom est officiellement donné, lors de la réalisation de l’acte de naissance.

Deuxième chose, il faudra envoyer le certificat de naissance à différentes administrations : la Caisse d’Assurance Maladie et la Caisse d’Allocations Familiales (la CAF). Dans le même ordre d’idée, votre mutuelle devra être informée de la présence d’une nouvelle personne dans le foyer. Cette démarche est loin d’être superflue, tant il est possible qu’au cours des prochains mois vos dépenses de santé augmentent (le moins possible on espère !). Concernant la partie professionnelle, les employeurs des deux parents devront être informés de l’heureux événement par l’envoi du certificat de naissance.

De même, concernant la partie « service public », il est possible voire conseillé de demander des aides de l’Etat. Hormis les allocations familiales, d’autres dispositifs d’aides existent pour les parents, soumis bien sûr à conditions : les crédits ou réductions d’impôts pour la garde d’enfants à domicile ou à l’extérieur (crèche par exemple), la carte famille nombreuse à partir du 3ème enfant, le RSA… Cependant, pour être sûr de ne pas passer à côté d’un petit coup de pouce, le mieux reste encore de se rendre sur le site officiel du Service Public.

Justement, parlons des impôts, et ce n’est pas un petit sujet : désormais avec le nouveau système de prélèvement à la source, on signale en temps réel la présence d’une nouvelle personne dans le foyer fiscal. Petit rappel, jusqu’au deuxième enfant, chacun d’eux compte pour une demi-part fiscale. C’est à partir du troisième que chaque nouveau-né représente une part entière ! Compte tenu des frais supplémentaires occasionnés par la naissance, il s’agit d’une vraie bonne nouvelle !

Rendez-vous médicaux : ce n’est pas encore fini !

Cependant, en dehors de toutes urgences imprévues, il reste encore des rendez-vous de contrôle pour vérifier que tout est en ordre.

Tout d’abord, concernant la mère, la consultation de retour de couches est à planifier 6 à 8 semaines après l’accouchement. Dans l’idéal, mieux vaut réaliser ce rendez-vous avec le praticien ayant assuré le suivi de la grossesse, qu’il s’agisse de la sage-femme, du gynécologue-obstétricien ou du médecin traitant. Ce jour-là, des séances de rééducation du périnée seront prescrites, mais ce n’est pas tout. Cette consultation sera aussi l’occasion de vérifier qu’aucun problème physique ou psychologique n’a été occasionné par la grossesse. Cette consultation de retour de couches permet donc de réaliser le bilan des 9 derniers mois, tout en abordant les sujets, intimes ou non, qui vous tracassent.

Pour le bébé, le rendez-vous post-natal avec le pédiatre ou le médecin traitant doit avoir lieu dans le premier mois après l’accouchement. L’occasion de faire le point sur les premières semaines, de le peser, de vérifier sa tonicité… afin de valider que tout va bien. La suite des prochains rendez-vous sera alors définie en cohérence avec l’état de santé général et son développement.

Conseils à destination des jeunes parents

De même, les démarches et rendez-vous médicaux post-natal se font en parallèle du changement de rythme lié à l’arrivée du nouveau-né. Même si cet afflux d’informations gagne en complexité s’il s’agit du premier enfant ! Cependant, pour les parents en manque d’expérience, voici quelques conseils diffusés à la sortie des maternités.

  • Nettoyer le nez du bébé avant le repas si celui-ci est bouché. Pour cela, on conseille d’utiliser le sérum physiologique.
  • Dans le même ordre d’idée, nettoyer ses yeux « s’ils coulent », toujours avec du sérum physiologique. En revanche, si cela continue, il faudra alors consulter.
  • Suivre sa température en cas de signaux perturbants. La température doit se situer entre 36.8° et 37.5°. Du coup, si le thermomètre dépasse 38°, alimentez-le (biberon ou allaitement), puis attendez une heure. Si la fièvre perdure, il faudra alors également consulter.
  • Laisser le bébé dans une position verticale lorsqu’il a mangé. Cette position pourrait limiter les régurgitations. Toutefois, si celles-ci sont trop abondantes et systématiques, alors on consultera le pédiatre ou médecin.
  • Changer de bras si le bébé pleure trop longtemps. Un simple changement de personne pour bercer le bébé peut sauver une nuit, en tous cas celle du conjoint.
  • Laisser bébé pleurer (pas trop non plus…). On entend souvent dire qu’il faut laisser le bébé pleurer un moment.En outre, ses cris peuvent être liés simplement à une fatigue ponctuelle. Toutefois, on peut penser que ce conseil mériterait plus de précision pour être bien interprété. L’absence de règle fragilise la prise de décision du parent. Dans tous les cas, si ses pleurs sont trop fréquents et violents, alors une consultation s’imposera tout de même.
  • Prêter attention à son transit. Selles anormales ou de couleur grise, constipation durant 2 jours… même chose, rendez-vous chez le médecin ou le pédiatre. Si elles sont blanches, direction les urgences…
  • Laver régulièrement les fesses de votre enfant. On nettoie à l’eau, si nécessaire avec du savon. On sèche bien et on protège ses petites fesses avec du liniment.

Et pour en savoir plus sur nos couches, c’est par ici !