Mode de garde pour bébé : Comment s’y retrouver ?

balade bébé

Voilà, le temps de quitter bébé est arrivé… Il va donc falloir, pour retourner au travail, le confier. Hormis la (gigantesque) déchirure sentimentale il y a le combat acharné pour trouver, dans la jungle des possibilités, un mode de garde pour bébé. Voyons ensemble comment y voir plus clair !

Lorsque l’on attend son premier bébé, il n’est pas évident de savoir comment on le fera garder. Il existe bon nombre de solutions diverses et variées et toutes vos amies auront un avis différent sur la question. Et là, je peux vous dire qu’il ne vaut mieux pas se fier à votre famille car n’oublions pas que d’une génération à l’autre rien à été fait pareil ! Et même en fonction de là où vous habitez vous n’avez pas les mêmes attentes… Bref, cette question est digne d’un vrai casse-tête chinois !

Mais ne vous inquiétez pas, chez Little Big Change on a à coeur de vous accompagner et de vous aider. Je vous livre mon analyse de la situation pour que tous nous puissions y voir plus clair.

Les modes de garde gérés par la mairie ou le conseil général

La crèche municipale

J’ouvre les hostilités en commençons par les classiques. Dans les crèches municipales, on garde les bébé de 3 mois à 3 ans. On ne reviendra pas sur le fait que c’est une structure dédiée.

Les bébés seront encadrés (supportés) par des professionnels qui sont bien entendu diplômés de la petite enfance. L’accueil est prévu sur un planning fixe et régulier ; il est organisé en fonction de la demande des parents au moment de l’inscription. Ce n’est peut-être pas le mode de garde le plus flexible mais il est assez facile.

« C’est le mode de garde préféré des français »

La crèche familiale

C’est vrai, je l’avoue, j’étais très étonnée par la crèche familiale, c’était une totale découverte pour moi. Ce mode de garde est vraiment hybride, moins conventionnel, qui peut être gérée par une municipalité ou par une association.

Et d’ailleurs, les assistantes maternelles qui y travaillent sont rémunérées par la crèche directement via un contrat de travail.

On y accueille une à deux fois par semaine des bébés qui sont habituellement chez des assistantes maternelles (3 à 4 enfants par assistante). Vous me direz : mais pour quoi faire ? Et bien tout simplement pour que bébé puisse faire des activités et rencontrer d’autres enfants. Franchement l’idée est bonne.

ATTENTION : les places sont rares!

La halte-garderie

Bon celle-ci je la rajoute mais les puristes me diront que ce n’est pas un mode de garde, juste une prise en charge ponctuelle durant laquelle on accueille, dans un local aménagé jusqu’à 60 enfants.

Les modes de garde du secteur privé

La crèche privée

Ici on y accueille les enfants dans les mêmes conditions qu’une crèche municipale, rassurez-vous. La seule vraie différence que l’on voit, c’est qu’au lieu d’être gérée par la mairie, elle est gérée par une entreprise privée. La participation de l’un des employeurs des parents est nécessaire pour confirmer la réservation de la place.

La crèche privée n’est ni gérée, ni financée par la municipalité. C’est pour cela qu’on demande la participation de l’employeur ou de l’un des parents pour pouvoir y réserver une place.

La micro crèche

C’est une sous catégorie de la crèche privée. On y accueille 10 enfants maximum. De par sa taille réduite, son coût l’est aussi par rapport à une crèche classique. Il est possible seuls les parents financent la place en crèche mais de plus en plus de micro-crèches demandent la participation financière de l’employeur.

Les modes de garde gérés par des associations

La crèche parentale

Ici les employés, ce sont les parents. Ils doivent gérer bénévolement la crèche, aux côtés de professionnels de la petite enfance. Les tâches? On les répartie, que ce soit au niveau administratif, de la préparation des repas, des travaux de maintenance… Chacun accorde quelques heures de la semaine à la gestion de la crèche. La direction de la crèche est assurée par une puéricultrice ou un éducateur de jeunes enfants, RASSUREZ-VOUS. La crèche parentale peut accueillir jusqu’à 25 bébés.

La crèche associative

Le fonctionnement est similaire à celui d’une crèche collective classique. Vous me direz, « mais quelle différence y-a-t-il? » Et bien, ce qui change, c’est que c’est une association  à but non lucratif qui subventionne le fonctionnement de la crèche. Nul besoin des subventions de la mairie ou d’une entreprise du privé ! Bien entendu, on y attend une participation des parents en fonction de leurs revenus. Comment s’y inscrire ? Directement auprès de la crèche.

Les modes de garde gérés par les particuliers

Assistante maternelle libérale

Dans ce cas de figure, l’assistante maternelle n’est pas rattachée à une crèche familiale, elle est payée directement par les parents en tant que salariée de la famille. Pour pouvoir exercer, elle a suivi une formation et doit être agrémentée par la Protection Maternelle et Infantile (PMI) pour  pour pouvoir accueillir, à son domicile, des enfants (maximum 4).

La garde à domicile (nounou)

La nounou c’est la personne que vous embauchez pour garder votre enfant à votre domicile. Elle n’est pas nécessairement une professionnelle de la petite enfance. Vous pouvez, pour partager les coûts la partager avec une autre famille. Ce que l’on vous conseille, c’est d’alterner la garde chez une famille puis chez l’autre. Du coup, la proximité est un critère très important si vous ne voulez pas, une semaine sur deux, parcours des km…

Il ne faut pas oublier que vous pouvez vous faire aider ! Et oui, il y a des entreprises comme 1,2,3 Crèche qui, pour vous, cherche une aide de votre employeur et une place en crèche. D’ailleurs, si vous créer un dossier chez eux avec le code LBC2019, on vous offrira une surprise 😉

Vous avez fait appel à d’autres modes de garde ? Partagez-nous vos idées, nos expériences !

Envie de lire notre article sur la diversification alimentaire ?