L’évolution de la place et du rôle du père

La place du père a énormément évolué en une génération. Pour le bien de tous d’ailleurs : de Bébé, de la mère et du père. Dans les faits qu’est ce qui a changé ? Quel est aussi l’impact des lois et nouveaux usages pour soutenir durablement ces changements au sein de la famille ? Ces évolutions en cours améliorent petit à petit le bien-être des famille.

Relation avec la mère

Tout d’abord, les relations au sein du couple ont changé ces dernières décennies. L’augmentation du concubinage et la diminution du mariage modifient la place du père au sein de la famille.

Selon l’Insee, en 2016, les plus de 65 ans étaient 94% à être mariés, 1% pacsés et 5% en concubinage, alors que les 35-39 ans n’étaient que 59% à être mariés,13% pacsés et 28% en concubinage. Ces évolutions structurent en effet différemment les relations entre les époux. Le concubinage n’impose pas de devoir de fidélité ou d’assistance. De même la séparation s’en trouve fortement simplifiée.

Une évolution notable :

Cette évolution dans la vie des couples s’accompagne d’une modification du mode de pensée. Le père n’est plus le pourvoyeur, il choisit et il est choisi par son partenaire pour faire un bout de chemin ensemble. Les règles de vie en couple sont plus souples, on se sépare davantage et plus facilement, mais c’est aussi ce qui renforce le rôle du père auprès de son enfant. Car la figure du père au sein de la famille n’est plus imposée : elle est choisie.

L’évolution des lois, bien que lente, illustre ce changement de paradigme. La loi de 1970 acte d’un changement majeur des mentalités. À partir de cette loi, le père n’exerce plus seul l’autorité parentale, « les père et mère exercent en commun l’autorité parentale ». C’est difficilement concevable pour notre génération, mais auparavant, l’autorité n’était pas partagée selon la loi. Pourtant, nos grands-mères passaient clairement plus de temps à s’occuper des couches sales et des biberons que leur maris.

Enfin, la co-parentalité a été étendue en 2002 aux cas de désunion. Ce qui signifie que le couple parental doit survivre au couple conjugal, car « la séparation des parents est sans incidence sur les règles de dévolution de l’autorité parentale ». Cette évolution redonne de l’importance aux papas et participe à rendre plus égalitaire la charge de l’éducation entre les parents.

Relation père-enfant

Les pères d’aujourd’hui sont plus emphatiques que leur propre père. Les pères ne cherchent pas simplement à développer un lien superficiel avec leur enfant par des activités ludiques ponctuelles, mais développent un lien affectif plus fort en s’investissant davantage dans les soins, l’éducation. Néanmoins, ce n’est pas inné. Apprendre à donner le bain ne suffit pas.

Une étude taïwanaise a montré que les pères qui ont pratiqué le contact peau à peau avec leur bébé avaient développé un lien affectif et émotionnel fort, alors que le groupe qui n’avait pas eu le guide pour pratiquer le contact peau à peau et qui avait uniquement appris à donner le bain n’avait pas créé (encore) de réel lien affectif avec leur bébé. De même, le porte-bébé, induisant un contact plus fort et rapproché avec Bébé, va développer l’attachement de l’enfant à son parent.

En somme, on se fait des câlins au moins chaque jour. Ils sont essentiels pour les deux parents et les bébés.

La volonté des pères d’être plus présents, moins autoritaires et plus tactiles et expansifs, est un besoin fort qu’il faut soutenir pour le bien-être de toute la famille. Les Français sont d’ailleurs réputés pour être les champions pour passer du temps qualitatif et non simplement quantitatif avec leurs enfants. Le développement des modes de garde a grandement aidé et c’est pour le bénéfice de toute la famille. D’ailleurs, comment se passe la relation entre la crèche et les papas ?

Relation avec la crèche, l’école

« Vous direz à votre femme qu’il faut rapporter de la crème », certes nous l’entendons encore. L’évolution des mentalités continue à faire son chemin, parfois péniblement, au sein de toute la société. Mais on voit toujours plus de papas le matin, et un peu le soir, aux portes des crèches.

La bonne nouvelle : le papa est encore vu comme un héros quand il vient à la crèche, vous pouvez donc faire passer plus facilement votre retard le soir. Par ailleurs, souvent le personnel de la crèche entre plus facilement en phase de négociation avec les pères, alors qu’avec les mères, les injonctions sociétales ayant la vie dure, il y a une tension émotionnelle souvent plus forte, qui rend les choses plus conflictuelles et dans la confrontation directe.

Enfin, les pères sont plus présents parmi les délégués, encouragés par la gent féminine, qui – elle aussi – aimerait la parité au sein du conseil de la crèche ou de l’école.

En revanche, pour casser les habitudes d’appeler d’abord la mère quand le petit a de la fièvre, puis – à défaut de réponse seulement – le père, il faut souligner auprès de la direction de la crèche que le père est le contact principal (certains ne donnent même pas le numéro de la mère s’ils sentent le personnel de la crèche un peu trop « oldschool »).

Relation au bureau en tant que père

Les transformations relatives à l’allongement du congés paternité et les évolutions en faveur du bien-être en entreprise donnent plus de place aux pères pour s’investir dans leur relation avec leur enfant. Les réunions après 18h et avant 9h tendent à être évitées dans la plupart des entreprises. Il devient de plus en plus naturel et évident que le père puisse devoir s’absenter quand un enfant est malade. Alors que l’idée n’aurait probablement même pas effleuré nos pères à nous. La maman assumait pleinement ce rôle d’assistance à toute épreuve.

Aujourd’hui, un papa serait félicité s’il disait qu’il doit s’occuper de ses enfants. On avance dans la bonne direction !

Relation avec les copains

Enfin, avec les copains, on parle Bébé autour d’une bière et plus seulement foot et actualités. Entre copains, on ne se sent plus limité et on assume sa nouvelle place de père. On se donne des tips entre copains et bien sûr on se partage les dernières catastrophes et les blagues dont on rit encore avec Bébé.

Pour tous les pères, tous les nouveaux pères, bravo de prendre ce nouveau chemin qui est plus épanouissant pour toute la famille. On vous souhaite plein d’amour et de rires, jusqu’à la majorité de Bébé et longtemps après.