Comment moucher bébé ?

moucher_bébé

Avant d’être parent, vous ne compreniez pas forcément l’expression « morveux », parfois utilisée pour désigner les enfants. Vous trouviez peut-être ce qualificatif un peu méchant ? C’est peut-être que vous pensiez que seuls quelques enfants étaient concernés (ceux des parents négligents) et que donc, forcément, vos futurs petits ne seraient pas des morveux, eux.

Mais une fois parent, la réalité apparaît bien différente… La morve est là, présente au moins la moitié de l’année, à vous narguer et à salir les vêtements de toute la famille !

Alors pour sortir de ce film d’horreur et continuer de préférer les noms de « bambin », de « chérubin » à celui de morveux, voici ce qu’il faut savoir pour bien moucher bébé, en quelques étapes.

Pourquoi la morve gêne encore plus bébé que vous ?

Parce que jusqu’à 3 mois il ne sait pas respirer spontanément par la bouche. Vous comprenez vite le problème… Sans compter que certains bébés sucent leur pouce, notamment pour s’endormir. Donc s’il ne peut respirer par le nez, et qu’il ne peut s’endormir qu’avec son pouce dans la bouche, à moins d’une particularité qui lui permet de respirer par les oreilles : ça bloque !  Alors si vous voulez que tout le monde dorme, vous allez devoir moucher le nez de bébé. 

Aussi, autre situation impossible : prendre son biberon avec le nez bouché, ça ne fonctionne pas non plus. Mêmes ingrédients, même recette : avec la bouche occupée et le nez obstrué, impossible de tenir plus de quelques secondes. La frustration est à son comble : voir son biberon mais ne pas être capable de le boire, quel supplice ! Bébé est incroyable, mais il a besoin de respirer. Alors aidons-le avec pour objectif : moucher bébé régulièrement.

Par ailleurs, le nez a notamment pour fonction de filtrer les microbes, mais après avoir rempli cette fonction, il les conserve… Donc plus vous lavez son nez et le désencombrez de tous ces microbes, moins vous avez de chances qu’il attrape un rhume. Tout du moins, vous en réduisez la durée. Même si votre pédiatre est génial, vous ne souhaitez peut-être pas augmenter vos visites. Les vaccins, rhino et autres contrôles vous donnent déjà de nombreuses opportunités de venir le saluer. Donc, pour limiter les otites (à cause des glaires qui se propagent jusqu’aux oreilles quand il renifle pour retrouver de l’air) une seule solution : moucher bébé !

Enfin, peu de médicaments existent pour traiter les rhinopharyngites de l’enfant. Alors en attendant qu’il fasse ses 7 rhumes par an en moyenne et qu’il puisse ainsi développer ses défenses immunitaires, aidons-le au moins à limiter la casse et à faire en sorte que chaque rhume ne dure que quelques jours et pas de longues semaines !

Alors si vous faites partie des 10% des parents qui craignent de déboucher le nez de leur enfants (chiffre qui nous semble très sous-estimé, suite à une enquête sauvage auprès de notre équipe), nos astuces vont vous donner du coeur à l’ouvrage !

Mais pourquoi bébé a-t-il tout le temps de la morve au nez ?

Notre minute expert 🙂 La morve agit un peu comme un filtre, ou un liquide d’évacuation, qui gonfle en cas de virus pour justement couler et évacuer ce dernier.

Mais d’abord, posez-vous la question : que vous dit la couleur de sa morve ?

En fonction du stade de la maladie de votre enfant, sa morve (désolés, on adore ce mot, alors pour une fois qu’on en a l’occasion, on en profite !) aura différentes couleurs. Les mêmes couleurs que pour nous les adultes. On vous ferait presque rêver, aux pays des couleurs. Le camaïeu des couleurs de morve est en réalité assez restreint. Plus facile à appréhender du coup aussi 😉

  • Concrètement, blanche transparente : quand il a un gros chagrin et que tout va bien. 
  • Jaune ou verte : un virus est là
  • Rose : consultez pour être rassuré
  • Marron ou noir : vous avez traversé l’équivalent du périphérique en heure de pointe sans le savoir ?

Enfin plus éclairé, on sait que maintenant votre nouvel hobby va être de le moucher. Souvent. Et bien.

Comment le moucher et à quelle fréquence ?

Tout d’abord, chaque jour, par exemple après le bain, même quand il n’est pas malade. Souvenez-vous : les nasaux filtrent les microbes. Plus l’appareil nasal sera propre, mieux votre enfant pourra se défendre. Retirez-lui donc ces vilains monstres de microbe chaque jour. En plus il respirera mieux et en conséquence dormira mieux, mangera plus facilement et digérera sans douleurs. Vous n’imaginiez pas tous ces bénéfices ? 

Avant tout, ayez les mains propres (comme pour tout avec bébé), ne prenez pas le risque de lui partager vos microbes en tentant d’enlever les siens ! 😉

Donc, au quotidien, on peut utiliser une simple mouchette. Pardon, vous n’appelez peut-être pas ça une mouchette… Un petit morceau de coton roulotté entre vos doigts avec un peu de sérum. Une mouchette pour chaque narine, car on ne sait pas si les mêmes microbes ont envahi tout l’espace ou non, ce serait dommage de contaminer une narine saine par mégarde. 

En cas de vrai rhume, ou début de maladie en tous cas : une dosette de sérum pour chaque narine. Idem si son nez est encombré et sec, car votre mouchette sera insuffisante pour attraper tout ce qui doit l’être et ainsi vraiment fluidifier sa respiration. En plus, en pleine phase d’éveil, quel plaisir pour bébé de découvrir chaque jour des odeurs nouvelles, ou d’en mémoriser certaines récurrentes. C’est aussi une partie de l’apprentissage de son environnement.

Enfin, quant au mouche-bébé. C’est un peu le bonus. Le mouche-bébé vient parfaire le sérum. À utiliser avec douceur, vraiment, et pas à chaque débouchage : seulement ponctuellement en cas de grosses sécrétions.  Il est utile pour fignoler le travail après le sérum, par exemple, en retirant les dernières glaires récalcitrantes, les Forces Spéciales de la morve, qui s’accrochent en fond de fosse, en cas de grosse  rhino-pharyngite. En revanche, vraiment, désolés d’être lourds avec le principe de douceur, mais les sinus de bébé ne sont pas encore terminés et restent particulièrement sensibles. Alors comme le mouche-bébé agit un peu comme un aspirateur surpuissant face auquel rien ne résiste, utilisez le avec délicatesse.

Dans quelle position installer bébé pour le moucher ?

De la douceur toujours : cette petite protubérance toute mignonne cache tout un système très délicat et sensible. Soyons clairs : l’opération n’est pas très agréable pour bébé, même si les bénéfices sont certains et qu’il vous sera reconnaissant après le mouchage de son nez.

  • Quand vous utilisez les mouchettes au quotidien, installez bébé sur le dos, c’est facile ainsi.
  • Quand vous devez opter pour les dosettes de sérum physiologique ou le mouche bébé, vous préférerez l’installer assis (s’il est en âge de l’être) ou  sur le côté. L’idée étant que vous soyez calés tous les deux. Vous êtes l’artisan de l’opération. Sur le côté c’est aussi parfois plus facile pour caler votre bras et éviter les tremblements. A partir de 7 mois environ s’il se tient assis ce sera peut être plus satisfaisant pour bébé et il sera plus calme. Par ailleurs la morve s’écoulera plus facilement, tirant profit de la merveilleuse loi universelle de la gravitation. 

Voilà ! Soufflez ! (par le nez ^^) Vous savez maintenant comment aider bébé à mieux prévenir les maladies, comment lui permettre de respirer confortablement. Vous lui rendez un monde de tant d’odeurs à découvrir ou retrouver. Surtout son odeur préférée. Mais si, vous savez… La vôtre ! Alors, un gros câlin et c’est parti pour tant de découvertes olfactives : partez ensemble à la recherche de sa future nouvelle 2e odeur préférée 😉

Pour en savoir plus sur nos couches, rendez-vous ici 🙂