Bébé pleure : Pourquoi ? Que faire ? Quand consulter ?

bebe_pleure

De nombreuses raisons peuvent expliquer le fait que bébé pleure. Pour survivre aux premiers mois, mieux vaut se préparer : ce sont ses appels qui vont rythmer votre vie de parents, sans pour autant que ce soit systématiquement grave. C’est pourquoi, avec un peu plus d’expérience et de connaissance de votre enfant, vous saurez (peut-être) identifier le type de pleurs. Toutefois, on pourra toujours vous dire de ne pas paniquer, cela reste plus facile à dire qu’à faire. En attendant, voici quelques raisons qui peuvent troubler la journée et les nuits de votre enfant.

Votre bébé pleure car il est fatigué

Tout d’abord, commençons par le grand classique : les pleurs de fatigue. En outre, exténué par ses premières émotions, le bébé part dans de grands sanglots au moment de dormir. Nerveusement affecté, il pousse des cris puissants pour alerter sur son état de fatigue avancé. Animation inhabituelle autour de lui, changement de contexte ou de lieu, siestes perturbées : de ce fait, les raisons pouvant dérégler son cycle de sommeil sont multiples. Il a donc besoin de calme, d’un espace apaisé où les sollicitations visuelles et sonores seront moins présentes. Pour certains nourrissons, cela peut suffire à calmer les pleurs et ainsi leur permettre de trouver rapidement le sommeil. Si ce n’est pas le cas, il est probable que vous deviez venir à intervalles réguliers pour le prendre dans vos bras, lui parler à voix douce pour le détendre.

Bébé pleure pour une grosse faim

Cependant, autre raison récurrente à la crise de larmes : la faim dévorante. En effet, un bébé, dans ses premiers mois, mange et dort alternativement. Alors le niveau de décibels ressenti est ici supérieur aux cris de fatigue. Les pleurs auront d’ailleurs tendance à gagner en volume au fur et à mesure que sa faim n’est toujours pas rassasiée. En outre, le besoin de se nourrir constitue la cause le plus simple à isoler. Vous connaissez parfaitement ses derniers repas, ses habitudes alimentaires, les quantités qu’il peut ingurgiter. Des pleurs faisant suite à une altération de ses habitudes alimentaires ne vous surprendront donc pas. Surtout, la faim représente la cause la plus fréquente des larmes du bébé. Attention à ne pas mettre systématiquement ses appels sur le compte d’un estomac à remplir. La sensation de faim chez le nourrisson n’a rien à voir avec celle de l’adulte, ne cherchez donc pas à comparer. Elle doit être satisfaite, même si le dernier repas n’est pas si éloigné. Mais soyez rassuré : lorsqu’il sera repu, il saura vous le faire comprendre ! Attention toutefois aux biberons de lait artificiel : par rapport au lait maternel, il est moins digeste !

SOS bébé à la colique : il pleure

En effet, le tube digestif de votre bébé est mis à rude épreuve. Car avec un repas toutes les deux heures, on peut dire que son fonctionnement est plus exigeant que celui d’un adulte. Mais la colique du nourrisson est un concept que les parents apprennent rapidement à connaître. Il ne s’agit pas d’une pathologie à proprement parler, simplement d’un terme créé pour évoquer les crises de larmes résultant liées à ses troubles digestifs. Les cris liés à la colique du nourrisson sont connus pour être brusques et perçants. Pour vérifier s’il s’agit bien de la cause de ses pleurs, vous pouvez pratiquer un petit massage abdominal. Dit autrement, vous pouvez réaliser des mouvements circulaires sur son petit ventre, en douceur. Si cela l’apaise, vous êtes sur la bonne piste. Cette potentielle cause est toutefois plus ennuyeuse que les deux premières. Vérifiez que d’autres symptômes physiques n’apparaissent pas, tels que de la fièvre, une relative blancheur ou encore des selles anormales. Il faudrait alors consulter sans attendre.

Changement de couche demandé d’urgences !

Vous vous imaginez incontinent sans pouvoir être changé ? Quel cauchemar ! Du coup, faites preuve d’un peu de clémence face aux cris à gorge déployée de votre bébé, lorsque celui-ci demande qu’on lui change sa couche. Il crie, bouge, se démène pour trouver une nouvelle posture ? Mal à l’aise, il cherche une position plus confortable. Ses gesticulations et pleurs sont le signe qu’il faut sûrement-être le changer, et rapidement si possible. Et puis dans tous les cas, d’autres signaux olfactifs seront arrivés jusqu’à vous… Un bébé changé, tout propre, et on oublie les grosses larmes !

Plus globalement, le sentiment de malaise peut fait pleurer les bébés : trop chaud, trop froid, inconfort d’une position, trop de bruit… Le stress arrive très vite chez le nourrisson. Par ailleurs, votre bébé peut tout simplement être un brin capricieux. Il a compris qu’une belle série de cris pouvait se terminer dans les bras confortables de maman ou papa !

Mémo : quels sont les signaux pour une consultation ?

C’est une des hantises des parents… Quand dois-je consulter ? Dois-je attendre le pédiatre ou me rendre directement aux urgences ? Ne vous accablez pas : beaucoup, si ce n’est tous les parents, passent un jour par là. Les pleurs de votre bébé vous inquiètent, car ils n’en finissent plus ? Voici quelques signaux complémentaires justifiant un rendez-vous :

  • Un ventre gonflé pendant une longue période,
  • Des difficultés pour faire ses besoins,
  • De la fièvre, bien entendu,
  • Des diarrhées prolongées ou selles anormales…

La liste n’est pas exhaustive loin de là, et elle n’intègre par exemple pas le ressenti du parent. Après quelques temps, vous connaîtrez les cris de votre bébé mieux que personne. Cette connaissance vous permettra de distinguer les crises anormales, et éveillera chez vous la crainte d’un problème sortant de l’ordinaire. Pour ne pas encombrer inutilement les cabinets, il va donc falloir se faire un peu confiance !

Et pour en savoir plus sur nos couches, rendez-vous ici !