Couche-culotte : comment choisir ?

Cet article est aussi disponible en : Deutsch (Allemand)

Au bout de 300 jours en moyenne, bébé commence à se lasser de ses couches et surtout de sa table à langer. Rester sur le dos pendant que vous changez sa couche ? Très peu pour lui ! C’est qu’il commence à gagner en autonomie et qu’il a hâte d’explorer le monde ! D’ailleurs, il ne va pas tarder à manifester sa contrariété quand ses fesses sont sales. Autant dire qu’il est déjà en route pour la propreté. Il est donc temps de passer aux couches-culottes !

Couche, couche-culotte et culotte d’apprentissage : quelles différences ?

Affichant toutes les caractéristiques d’un sous-vêtement classique, la couche-culotte s’enfile comme une culotte. Simple, rapide et efficace ! On la qualifie aussi souvent de « culotte d’apprentissage »… à tort !

La couche-culotte accompagnera bébé dès qu’il ne tiendra plus en place sur la table à langer et qu’il aura découvert à quel point le quatre-pattes est génial ! La couche d’apprentissage, quant à elle, constitue l’ultime étape, puisqu’elle est uniquement destinée à lui sauver les fesses en cas d’accident au cours de ses premiers mois de propreté ! Sachez qu’il s’agit du même produit, mais on parle de culotte d’apprentissage dès lors que bébé réclame le pot.

Quelle taille de couche-culotte ?

Les couches-culottes se déclinent en plusieurs tailles :

  • Taille 4 : pour les bébés de 8 à 15 kg
  • Taille 5 : pour les enfants de 12 à 18 kg
  • Taille 6 : pour les enfants de +16 kg

Le poids demeure le critère capital lors de l’achat de vos couches-culottes, mais il n’est pas 100 % infaillible ! Il faut aussi tenir compte de la morphologie de bébé, qui peut être plus ou moins potelé.

Une couche-culotte parfaitement ajustée !

La couche-culotte parfaite se doit d’être impeccablement ajustée. À partir du moment où bébé commence à faire ses premiers pas, il ne fera que gagner en autonomie. Et pour ce faire, il ne doit pas être entravé dans ses mouvements. Il s’agit donc en premier lieu de dénicher une couche-culotte adaptée à son gabarit et à sa morphologie. Elle doit être ajustée et rester bien en place lorsque votre enfant gambade, sans jamais le gêner.

Chez Little Big Change, nous avons d’ailleurs choisi une ceinture élastique 360° afin d’être certains que nos couches-culottes ne bâillent pas à la taille. Autre point clé à vérifier : les cuisses. Vous devez envisager de revoir la taille des couches-culottes de votre enfant si :

  • Sa peau est marquée au niveau de la taille ou des cuisses
  • Sa couche-culotte bâille
  • Vous constatez des fuites

Une couche-culotte pour le jour et/ou la nuit ?

On ne le répètera jamais assez : il n’y a pas de règles absolues et chaque enfant va à son propre rythme. Certains bouts de chou commencent à gigoter et à perdre patience sur la table à langer au bout de 9 mois. D’autres restent calmes jusqu’à l’âge de 12 mois. Idem en matière de propreté. Non seulement il n’y a pas d’âge fixe pour que votre bébé adopte le pot, mais il y a aussi différentes manières de le faire.

Par exemple, certains enfants vont faire une transition « totale ». D’autres seront tout à fait propres au cours de la journée, mais ils auront davantage de difficulté la nuit. Rien d’étonnant à cela : le cycle de jour et le cycle de nuit sont très différents. Il arrive ainsi qu’un enfant de 3 ans, parfaitement propre toute la journée à l’école, ait encore besoin d’une couche-culotte la nuit. Si c’est le cas de votre petit, vous pouvez privilégier un modèle de couches-culottes spécifique pour la nuit.

Les couches-culottes jetables

Si les couches-culottes jetables s’enfilent comme une culotte traditionnelle, elles se déchirent sur le côté pour se retirer. Vous devez ensuite replier la couche-culotte avant de la jeter. Si vous optez pour cette solution, une précaution s’impose : vérifier la composition ! Tout comme les couches qui accompagnaient bébé au cours de ses premiers mois, il est indispensable de vous assurer que ces couches-culottes de « grand » sont saines.

En premier lieu, gare aux composants douteux, type glyphosate, phtalates, pesticides, parabènes. Prudence aussi, avec les ingrédients potentiellement irritants, comme les lotions ou les parfums.

Enfin, vérifiez la manière dont les couches-culottes ont été blanchies : pour le bien-être de bébé, il est important d’éviter les produits blanchis au chlore.

Les couches-culottes lavables

La couche-culotte lavable s’enfile elle aussi comme une culotte traditionnelle. Pour la retirer, elle dispose d’une ouverture sur les côtés. Côté compo, les matériaux les plus courants sont le coton et la fibre de bambou. Vous pouvez opter pour le bio.

Le coton est doux, solide et facile à vivre, puisqu’il passe à la fois en machine et au sèche-linge. Il est tout à fait adapté à un usage en journée.

Offrant une capacité d’absorption nettement supérieure, la fibre de bambou sera plus adaptée à la nuit. En revanche, cette matière est plus fragile : séchage à l’air obligatoire !

Les culottes d’apprentissage

La culotte d’apprentissage constitue la dernière étape avant que bébé ne soit vraiment propre.

Contrairement à une couche-culotte traditionnelle, la culotte d’apprentissage ne possède qu’une capacité d’absorption et une imperméabilité limitées. Son usage est donc réservé aux situations à risque – par exemple, un long trajet en voiture. En d’autres termes, elle sert à limiter les dégâts en cas de petit incident !

À retenir

  • Bébé est prêt à passer aux couches-culottes dès qu’il commence à s’agiter sur la table à langer, généralement entre l’âge de 9 et 12 mois
  • La taille de la couche-culotte se détermine en fonction du poids et de la morphologie de bébé
  • La couche-culotte doit être ajustée, en particulier à la taille et au niveau des cuisses, afin de bien tenir en place, mais sans marquer la peau de bébé
  • Certains enfants peuvent être parfaitement propres en journée, mais avoir besoin d’une couche-culotte la nuit