Couches-culottes avec substances toxiques ? Attention !

En 2017, le scandale éclatait : 60 Millions de consommateurs levait le voile sur la composition des couches et la plupart d’entre elles contenaient des substances nocives pour les bambins. L’affaire défrayant la chronique, la plupart des marques ont fait leur mea culpa et se sont empressées de revoir la composition de leurs produits. Faut-il pour autant en conclure qu’aujourd’hui tout risque est écarté ? On vous répond.

Les substances toxiques et leurs effets

Les substances toxiques dans les couches

En 2017, l’étude menée sur les couches révélait la présence de substances chimiques, toxiques pour bébé. Parmi celles-ci, pesticides et parfums dont la quantité dépassait les seuils sanitaires :

  • butylphenyl methylpropional (lilial®)
  • hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde (lyral®)
  • PCB-DL

Si certaines de ces substances nocives provenaient des matières premières utilisées pour fabriquer les couches, d’autres, notamment les substances parfumantes, y étaient volontairement ajoutées.

Quel danger pour bébé ?

Premier effet nocif pour votre boutchou : des irritations cutanées à court ou moyen terme. D’autres substances sont susceptibles d’agir plus insidieusement, sur le long terme. C’est principalement le cas des PCB-DL et de certains pesticides, dont la cancérogénicité n’est plus à prouver.

L’évolution des couches depuis 2017

Vers plus de transparence

Fin 2018, l’Anses publiait son évaluation de risques liés aux substances toxiques utilisées dans les couches bébé, émettant différentes recommandations à l’attention des fabricants. Elle leur conseillait notamment de :

  • supprimer les substances parfumantes allergisantes (et donc potentiellement irritantes)
  • contrôler de manière plus stricte les matières premières utilisées
  • améliorer les procédés de fabrication des couches

À la suite de ces recommandations, les industriels ont pris les devants et se sont engagés dans une démarche plus transparente quant à la fabrication et à la composition de leurs couches-culottes.

Le bio, la solution ?

En 2018, 60 Millions de consommateurs procédait à une nouvelle étude. Si celle-ci démontrait une amélioration au niveau de la composition des couches, elle révélait néanmoins la présence de certains composants nocifs (en petite quantité) dans celles-ci. L’étude soulignait par ailleurs que les produits labellisés bio ne présentaient pas forcément une composition plus « clean » que les couches classiques. Lors du choix des couches bébé, il convient donc de faire preuve d’une attention méticuleuse.

Comment préserver bébé ?

Bien choisir les couches de bébé

Votre boutchou va porter des couches pendant 900 jours en moyenne. Pour son bien-être immédiat comme pour sa santé à long terme, vous devez donc les choisir soigneusement. Bien que cela puisse sembler fastidieux, prenez donc le temps d’examiner la composition des couches, qu’elles soient à usage unique ou réutilisables. En matière de couches lavables, par exemple, optez plutôt pour un tissu bio, dépourvu de traces de pesticides. Et n’oubliez pas les autres produits : vérifiez que les langes et les inserts ne sont pas blanchis au chlore.

Gardez l’oeil ouvert !

L’étude menée en 2018 démontre que certaines marques dont les produits étaient pointés du doigt en 2017 ont su redresser le cap. En quelques mois, elles sont parvenues à revoir leur chaîne de production afin de proposer des couches plus sûres pour bébé. D’autres, en revanche, ont emprunté la voie opposée : la qualité de leurs couches s’est dégradée, par exemple, à cause d’un changement de sous-traitant.

Morale de l’histoire ? Même si la couche de bébé est irréprochable, assurez ses arrières en gardant l’œil ouvert !