Tout ce qu’il faut savoir sur la couche écologique

On vous voit déjà lever les yeux au ciel, mais rassurez-vous. Non, ceci n’est pas un énième pamphlet sur l’écologie, l’agriculture biologique, le zéro-déchet ! Non, nous ne ferons pas l’apologie du quinoa, du fonio et autre graine à faire germer ! Vous le savez car vous l’avez entendu (et cela vous préoccupe). Depuis quelques années les scandales sanitaires sur les couches se multiplient. Couches par-ci, perturbateurs endocriniens par-là, les révélations abondent ! Les composants des couches sont chimiques, peu respectueux de l’environnement et encore moins de votre enfant ! Chez Little Big Change, c’est la transparence qui prime avant tout ! D’ailleurs, on a écrit cet article afin d’attirer votre attention sur ces enjeux environnementaux et sanitaires. Ici, on décrypte et on vous explique ce qu’est une couche écologique, pourquoi l’utiliser, comment la distinguer d’une couche classique et surtout quels sont les composants à éviter pour le bonheur du derrière de bébé. Un brin de lecture en perspective donc…

La couche écologique : qu’est-ce que c’est ?

La couche écologique en bref, qu’est-ce que c’est ? C’est une superbe initiative écoresponsable de la part des fabricants ! Voilà ce que c’est, ni plus ni moins ! Cette solution s’adresse donc aux parents souhaitant prendre soin de l’environnement et du joli derrière de bébé. Autant faire d’une pierre deux coups n’est-ce pas ? Ainsi, la couche est élaborée sans substances nocives, à l’aide de matières naturelles et renouvelables comme le maïs (avec lequel on fait aussi des pailles et des gobelets) par exemple. Dans des couches écologiques, la cellulose de bois est issue de forêts labellisées FSC et n’est pas blanchie au chlore. Si on dit « oui » au chlore dans la piscine (à petite dose), dans la couche de bébé, c’est un « non » ca-té-go-ri-que !

Couche écologique et couche biodégradable : même combat ?

Au risque de décevoir certains d’entre vous, à l’heure actuelle, il n’existe toujours pas de couche écologique biodégradable à 100 %. Et pour cause ! Les fixations, la partie absorbante ou encore les élastiques présents dans les couches ne sont pas tous biodégradables. Alors même si TECHNIQUEMENT les couches écologiques sont bien plus biodégradables que les couches classiques, on évite de courir au compost pour y mettre la couche de bébé ! Les couches écologiques doivent être jetées avec les déchets ménagers, tout comme les modèles classiques !

Finalement, quelle est la meilleure alternative ?

Loin de nous l’idée de vous écrire un article moralisateur ! Chez Little Big Change, on est transparents, mais on évite aussi les jugements. Souvenez-vous juste qu’avant que votre petite merveille soit totalement propre, de l’eau aura coulé sous les ponts ! Trois étés se seront écoulés et pas moins de 4 000 couches auront été sacrifiées sur l’autel de la propreté. Oui, vous avez bien lu, impressionnant comme chiffre, n’est-ce pas ? Ces 4000 couches se traduisent par une tonne de déchet qui mettra environ 500 ans (a minima) à se désagréger. Malgré la mise au point de couches dites biologiques et se voulant plus respectueuses de l’environnement, il est toujours compliqué de limiter leur impact environnemental. D’un point de vue sanitaire, écologique et financier, il semblerait que la meilleure option soit celle de la couche lavable, vous connaissez ?

La couche lavable en quelques mots

Vous souhaitez réduire vos déchets ménagers et votre impact environnemental ? Les couches lavables sont donc faites pour vous ! Fantastique alternative à la couche classique, quoique beaucoup moins glamour, la couche lavable possède un argument de taille ! Son utilisation permet d’éviter de générer près d’une tonne de déchets, ce que vous disait un peu plus haut notre article. La bonne nouvelle, c’est que vous n’aurez pas besoin de 4 000 couches lavables, mais plutôt d’une vingtaine et que ces couches pourront être utilisées sur un autre enfant ou même recyclées sans aucun problème. Alors, elle est pas belle la vie ?

Couche lavable : mode d’emploi

Tout comme les couches jetables, les couches lavables s’adaptent au poids et à la taille de votre bambin. Il est donc facile d’en trouver pour toutes les étapes de la vie de bébé. Faciles d’utilisation, les couches lavables n’ont absolument rien à envier aux couches jetables classiques. Il faut savoir qu’un change lavable possède une partie absorbante et une partie imperméable, fuites vous ne passerez pas ! Avant de changer bébé, il faut préparer la couche en mettant un insert dans la couche et un papier de protection sur l’insert. Si bébé se salit, vous pouvez très facilement prendre le papier de protection et le jeter (ainsi que son contenu) aux toilettes ! Les couches lavables s’accompagnent d’une petite logistique à mettre en place, mais comme pour tout, c’est une question d’habitude ! Pour stocker vos couches sales (pas plus de 3 jours) pensez à un seau et à mettre quelques gouttes d’huiles essentielles pour neutraliser les odeurs. Les couches lavables passent à la machine à 40 ou 60 degrés, utilisez une lessive douce de préférence sans glycérine et sans adoucissant. Une fois lavée, la couche sèche à l’air libre. Le tour est joué, votre couche est prête à être réutilisée !

Couche lavable : les points forts

À la différence des couches classiques, les couches lavables ne contiennent absolument aucune substance toxique. Exclusivement composé de tissus en fibres naturelles, ce modèle semble être la solution la plus respectueuse de l’environnement et de votre enfant ! Eh oui, dans les couches lavables aucun gel absorbant donc pas de problème de peau sèche. C’est bébé qui va être content !

Les composants à éviter : ce qu’il faut retenir !

Glyphosates, hydrocarbures, perturbateurs endocriniens, telle est la douce mélodie composant certaines gammes de couches. Pour éviter de se tromper et d’irriter les fesses de bébé, on vous donne quelques astuces pour faire attention à la composition des couches !

  • La lotion comme le pétrolatum, classé cancérigène par l’Union Européenne
  • Le parfum et le latex (oui, le latex est potentiellement allergisant)
  • Les dioxines issues des différents procédés de blanchiment au chlore (là encore, dans la piscine le chlore)
  • Les pesticides (eux on ne les aime pas sur nos légumes, alors sur nos enfants, on évite)
  • Les constituants naturels du charbon et du pétrole (là aussi, on a connu plus sains)