Propreté : l’apprentissage de bébé (pas sans loupés…)

propreté bébé

Aaah bébé grandit, le temps passe vite et maintenant un grand cap doit être franchi. L’apprentissage de la propreté ! Parce que oui, bébé doit maintenant s’émanciper et abandonner en chemin les couches qui lui permettaient de rester bien au sec sans se prendre la tête… ET devenir propre !

C’est entre 2 et 4 ans (mais bien évidemment c’est pas une règle fixe…) que bébé va devoir dieu adieu à ses couches. Alors c’est sûr que pour les parents c’est une perspective bien heureuse qui s’annonce. Celle de ne plus jouer les Mc Gyver pour le changer et de voir le budget couches utilisé autrement (en cinéma et baby sitter par exemple 😉).

Mais ce n’est pas sans sacrifices (surtout de draps et de vêtements) que vous pourrez enfin atteindre la plénitude du ZERO couches. Parce que oui, les premières sorties, vous les passerez à lui demander si il a envie d’aller aux toilettes, si il n’a pas fait pipi et guetterez ainsi la moindre goutte apparente. Ce sont des sueurs froides qui vous attendent mais tenez bon, vous en sortirez grandit. OK le canapé de votre amie Juliette risque peut-être d’en garder des séquelles mais au moins le chemin aura été parcouru ! Comme on le dit souvent, c’est le résultat qui compte 😅!

Petit détail mais pas des moindres, n’oubliez pas qu’un simple éternuement ou une crise de rires peuvent détendre les sympathiques sphincters de bébé et ainsi causer une fuite inattendue… Avouons que même nous, adultes, il nous arrive de redouter de se faire dessus pendant un fou rire de l’extrême…

Bref, pendant quelques semaines, sortez équipé (voir armé) de lingettes et d’un change de secours dans votre sac. on ne pourra que vous conseiller d’en prendre éventuellement un deuxième en cas de gros fou rire !

Propreté : avant de vous lancer

Certains signes peuvent vous aider à comprendre si il est prêt à passer le cap :

  • Il vous dit quand il a fait pipi ou caca dans sa couche. Information pas toujours donnée au moment le plus opportun, comme à table mais bon, information importante quand même.
  • Il reste au sec longtemps.
  • Il s’intéresse aux toilettes. Dites adieu au dernier endroit de tranquilité qu’il vous restait…
  • Il est gardé avec d’autres enfants ayant pris leur indépendance sur ce sujet et veut faire pareil.

Les pré-requis pour réussir l’apprentissage :

Il s’agit d’une étape importante et structurante dans le développement de votre petit. Il faut donc la prendre avec le plus grand sérieux. (Vous avez quand même le droit de rire face à une fuite malencontreuse). Armez vous de patience et soyez le plus disponible possible tout en gardant une positive attitude de folie ! Parce que passer son temps à le changer et faire les lessives en conséquence n’est pas de tout repos, les vacances peuvent par exemple se révéler un moment extrêmement propice pour tenter le grand saut.

L’humour sera forcément aussi de mise puisque tous les loupés vous demanderont de rester positif et de dédramatiser la situation. Par exemple lorsque bébé aura enfin réussi à atteindre le pot à temps mais aura oublié de baisser sa culotte… Ou que le carrelage de votre cuisine deviendra une scène de crime ayant pour seule preuve un bel étron en plein milieu. Oui, cette étape sera pleine de surprise et vous fera forcément rire (même si vos rires seront nerveux). En cas d’accident, on s’arrêtera à « c’est pas grave », dit avec un sourire « sincère »😁.

Enfin, évidemment, il vous faudra prévenir toutes les personnes qui veillent sur bébé afin d’éviter de le retrouver au retour de chez Papi et mamie avec une couche aux fesses… Cela ruinerait tous vos efforts !

Les grandes étapes de l’apprentissage de la propreté

Le saint graal : le pot

Familiarisez le avec le trophée de la conquête de la propreté : le pot ! Le petit pot classique est souvent jugé plus facile pour les enfants, car leurs pieds touchent le sol, mais le combo réhausseur de toilettes + tabouret est très attirant aussi. Pratique pour vous car il est moins contraignant à nettoyer, séduisant pour lui car il aura vraiment l’impression de faire comme un grand. À vous de choisir, aussi en fonction de sa taille.

Les moments choisis

Vous vous concentrerez dans un premier temps sur l’apprentissage de la propreté de jour, éveillé (la sieste viendra peu après, et la nuit ensuite). Il sera plus facile et satisfaisant pour votre enfant de s’exercer à la maîtrise de son corps pendant des phases où il est en pleine conscience de celui-ci.

Vous identifierez les moments clefs où passer aux toilettes. Les premiers jours, vous pourrez le lui proposer toutes les heures. Ce n’est pas excessif, vous verrez 😉

Assez rapidement, vous instaurerez une routine : au lever, avant la douche, avant les repas, avant de sortir, en rentrant de promenade, etc.

Et les couches culottes dans tout ça ?

Pour introduire cette phase et si vous ne les utilisez pas déjà, vous pourriez avoir recours aux couches-culottes. Également appelées pants, elles s’enlèvent comme des culottes ou peuvent se déchirer sur les cotés. Pratiques et aussi absorbantes que les couches classiques. Elles vous seront aussi d’une grande aide lorsque vous vous apprêterez à sortir pour une grande balade, sans être tout à fait sûr de trouver des toilettes sur votre itinéraire au moment fatidique. Ou encore pendant les siestes et la nuit.

Conseils

Constituez un stock de culottes ou de slips CON-SE-QUENT car changer 5 fois de culottes dans la journée n’est pas absurde, entre les gros accidents et les petites fuites… Pour faire face aux changes à la maison, à l’école ou à la crèche, prévoyez des lots de slips en nombre. Même si votre machine à laver est devenue une extension naturelle de vous-même depuis que vous êtes parent, votre enfant aura besoin de nombreuses munitions pour triompher de cette épreuve contre lui-même.

La nuit, en revanche, gardez pendant quelques semaines une couche ou pants. Eh oui, encore une fois, la patience sera l’une de vos meilleures alliées. Lorsque votre enfant et vous sentirez que c’est le moment d’essayer, prévoyez une bonne alèse imperméable et rappelez-lui qu’il peut vous appeler pour l’accompagner aux toilettes.

La nuit, vous saurez que c’est le bon moment pour retirer les couches si notre champion international a déjà validé :

  • le jour : les accidents sont devenus très rares
  • la sieste : il reste sec la plupart du temps

Aussi, vous lui apprendrez à s’essuyer seul et se laver les mains. Il aura besoin de votre aide pendant encore un moment… Vous n’êtes pas encore tiré d’affaire !

Par exemple le papier toilette… Et bien pour bébé prendre une quantité descente qui ne relève pas du rouleau entier utilisé pour chaque passage sera un apprentissage complexe ! Trouver le juste milieu entre dérouler tout le rouleau et prendre une seule feuille (un peu trop ambitieux) sera un challenge.

Ensuite, s’essuyer dans le bon sens, pour éviter les infections urinaires, n’est pas inné. Vous rirez (jaune) lorsque vous découvrirez les traces de pneu dans son slip quand il rentre de l’école parce que vous savez qu’après il vous faudra de la patience mais surtout de la force pour frotter, FROTTER !

Les ingrédients de la réussite

  • Patience et bonne humeur, ne jamais le faire culpabiliser (oui facile à dire…)
  • L’habiller avec des vêtements faciles à baisser, cet apprentissage vous fera gagner aussi du temps pour qu’il s’habille et se déshabille seul
  • Si ça ne fonctionne pas au terme de 2 à 4 semaines, arrêtez et faites une pause de quelques semaines : pas de stress, pas d’urgence

Quelques astuces

Piochez à votre guise :

  • Faire pipi en même temps que lui
  • Acheter des livres sur le sujet, qu’il aura choisis avec vous
  • Choisir des culottes avec lui, ainsi que le pot
  • Evènementialiser la première journée sans accident par un apéro avec votre enfant 👌 . C’est fête : on met des pailles dans l’eau et on sort les chips ce soir !
  • Il a envie de se lever sitôt assis sur le pot ? Lisez lui une histoire ou chantez des chansons avec lui pour faire durer…

Même si on s’est bien marrés avec vous quand bébé portait des couches, on vous souhaite d’atteindre cette étape avec brio et bonne humeur. On reste en contact pour les mots d’humour quand même 😉 bravo à vous !