Le guide de la 35e semaine de grossesse

35 semaines de grossesse

Vous êtes à présent à 35 semaines de grossesse (37 semaines d’aménorrhée), vous démarrez votre neuvième mois. C’est donc un agenda bien rempli qui s’annonce à l’horizon. Restez calme : « rien ne sert de courir, il faut partir à point » disait Jean de La Fontaine. Pour vous préparer au mieux durant cette dernière ligne droite, voici tout ce que vous devez connaître afin d’avoir un planning au cordeau !

Comment se développe le fœtus à 35 semaines de grossesse ?

En une semaine, bébé a gagné un centimètre, il mesure en moyenne 45 cm. Il a aussi pris quelques grammes, environ 200 en huit jours, et il affiche 2,4 kg. Votre futur nourrisson n’a qu’un seul objectif en tête : se concentrer sur sa prise de poids, prendre des forces pour le jour J.

À 35 semaines de grossesse, votre futur nourrisson sort de la période de prématurité, s’il naît, il est déjà prêt à affronter le monde extra-utérin. Ses poumons sont prêts, le processus digestif est activé. Le placenta qui l’alimente mesure 20 centimètres de diamètre et pèse tout de même un demi-kilo. Bébé suit donc son petit bonhomme de chemin et descend dans le bassin. Comme l’espace devient étroit pour se mouvoir, votre nouveau-né bouge de moins en moins, rassurez-vous, il dort beaucoup.

35 semaines de grossesse côté maman

Le compte à rebours est lancé en cette 35e semaine de grossesse. Ce dernier mois est synonyme de tout un tas de choses, à commencer par le dernier examen prénatal.

Cette 7e visite prénatale se compose en deux temps : un examen clinique et un bilan sanguin.

L’examen gynécologique a plusieurs objectifs :

  • S’assurer que bébé poursuit son développement ;
  • Évaluer le volume de l’utérus ;
  • Contrôler si bébé se présente la tête en bas. Selon sa position, le gynécologue obstétricien décide de quelle manière il vous accouchera ;
  • Contrôler la taille de votre bassin. Si bébé se présente en siège, le médecin vous demandera un examen complémentaire du bassin osseux également appelé radio-pelvimétrie. Ce dernier vise à apprécier si bébé peut passer à travers votre bassin le jour de l’accouchement. S’il estime qu’il est trop petit, il vous recommandera un accouchement par césarienne ;
  • Écouter le rythme cardiaque du futur nouveau-né.

Le médecin peut vous recommander à partir du début du 9e mois une visite hebdomadaire à la maternité, afin de vous mettre sous monitoring durant une petite heure. Cette vérification permet de détecter la présence de contractions.

Tout comme les autres mois, une dernière prise de sang est réalisée, c’est une sorte de bilan complet. Si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose, vous aurez une dernière sérologie de toxo, ainsi que le contrôle des agglutinines irrégulières (RAI). Elles sont recherchées en cas d’incompatibilité de rhésus entre le bébé et la maman.

Faux travail et contractions de Braxton-Hicks

La fin de la grossesse approche, les petits tiraillements se multiplient : douleurs pelviennes, relâchement des ligaments du bassin, contractions. Dans ce contexte un peu confus, vous vous sentez perdue et vous n’arrivez plus à distinguer ce qu’il se passe en vous. Pas de panique, il s’agit probablement des contractions de Braxton-Hicks, appelées aussi faux travail. Votre utérus continue à s’élargir, ce sont des contractions passagères de l’utérus. Elles se différencient du vrai travail, car elles ne dilatent pas le col de l’utérus, elles sont destinées à vous préparer pour le jour de l’accouchement. Voici quelques conseils pour les repérer. Elles sont irrégulières et durent environ 30 secondes, une à deux fois par heure. Elles peuvent survenir à la suite d’un effort et se calmer dès que vous vous mettez au repos.

Préparer l’allaitement pendant la grossesse

Vous avez démarré le 9e mois et vous voyez parfois des petites gouttes jaunes sortir de la pointe du mamelon. Il s’agit du colostrum autrement dit le premier lait maternel. Très nourrissant, il va nourrir votre bébé lors de la tétée d’accueil. Chez certaines mamans le colostrum ne s’écoule pas durant la grossesse, mais ne vous inquiétez pas, c’est très variable d’une femme à l’autre. Quoi qu’il en soit, la première montée de lait est systématique, environ deux à trois jours après la naissance. À cette période, vous pouvez encore vous interroger sur l’allaitement maternel. Si vous n’avez pas encore décidé d’allaiter, le meilleur moyen pour vous éclairer est de vous informer auprès de la conseillère en lactation. Plusieurs associations peuvent vous apporter des conseils, l’une des plus connues est la Leche League. Ayez confiance en votre capacité naturelle à nourrir bébé.

Soulager les désagréments du 9e mois de grossesse

Ces dernières semaines avant le grand jour sont l’occasion pour maman de préparer son corps en général, et le bassin en particulier. Vous ressentez des tiraillements dans le bas du ventre, c’est naturel, votre bassin est en train de se relâcher. Pour vous soulager, optez pour des exercices sur un ballon d’accouchement. La sage-femme peut vous donner quelques exemples d’entrainement à réaliser chez vous. Ces mouvements physiques sur un ballon permettent d’assouplir votre bassin et vont surtout aider au passage du bébé lors de l’accouchement. Les bienfaits du ballon ne se limitent pas qu’au bassin, il soulage également vos douleurs dorsales pouvant s’accentuer à 35 semaines de grossesse. Il agit sur les abdominaux, mais également le périnée. Vos douleurs lombaires vous diront merci. Le ballon offre à la future maman une parenthèse de détente, de plus bébé adore aussi, car il est bercé au rythme de vos mouvements, dans son liquide amniotique, autrement dit un pur moment d’extase.

Les démarches à 35 semaines de grossesse

Si vous ne l’avez pas encore programmée, la consultation chez l’anesthésiste doit avoir lieu très prochainement. Ce rendez-vous est obligatoire, il est généralement effectué un mois avant le terme. Cette rencontre ne vous oblige pas à accepter une péridurale, il est prévu pour parer à une éventuelle complication le jour de l’accouchement. Même si votre grossesse se déroule à merveille, la venue d’une difficulté lors de la naissance ne peut être totalement écartée. Le médecin a besoin d’anticiper tout événement, comme la nécessité de pratiquer une césarienne. Durant cet entretien, le professionnel de santé va essentiellement vous interroger sur votre santé en général, vos antécédents médicaux, traitements éventuels, vérifier si vous avez des allergies et que vous ne présentez aucune contre-indication à la péridurale.

La valise de maternité

À présent, bébé peut vous faire une surprise et pointer le bout de son nez à tout moment. Tout doit être prêt pour l’accueillir ! Veillez à ce que tout soit bien en place dans sa future chambre : table à langer avec les produits de toilette et les couches à disposition. Est-ce que la gigoteuse est bien dans son berceau ? Si vous n’avez pas encore préparé la valise maternité pour bébé, c’est le moment ou jamais !

Pour bébé vous pouvez prévoir :

  • deux bodies par jour ;
  • un pyjama par jour ;
  • un gilet de laine ;
  • un bonnet ;
  • plusieurs paires de chaussettes ;
  • des chaussons ;
  • une gigoteuse ;
  • plusieurs bavoirs ;
  • des petits moufles ;
  • une cape de bain ;
  • et bien sûr toutes ses tenues du jour.

Ainsi que tous les produits de toilette :

  • liniment ;
  • sérum physiologique ;
  • savon dermatologique ;
  • couches ;
  • compresses et produit désinfectant pour le cordon ombilical, spray asséchant afin d’accélérer la cicatrisation du cordon…
  • crème pour l’érythème fessier.

L’imminence de l’accouchement peut engendrer chez certaines mamans quelques angoisses. Ne restez pas seule, confiez-vous à une oreille attentive : votre sage-femme ou gynécologue obstétricien. La grossesse et l’accouchement sont des aventures uniques et indélébiles dans la vie d’une femme. Laissez-vous porter et suivez votre instinct maternel, il sera votre meilleur guide.