Désagréments de la grossesse : pilosité, acné & douleurs sciatiques

Ah la femme enceinte… belle, radieuse et épanouie. Elle sent son corps changer, se préparer à donner la vie. Néanmoins, il faut l’avouer : cet état de grâce à un prix, celui de quelques désagréments physiques dont on parle peu. La grossesse et ses petits tracas…Rassurez-vous, rien de grave ! Il s’agit simplement de petites contrariétés, certes désagréables mais qui ne doivent pas entacher ces neufs merveilleux mois.

Une grossesse au poil

désagréments_grossesseIl s’agit d’une découverte pour la plupart des femmes en début de grossesse : l’apparition d’une pilosité inconnue jusqu’ici ! Les hormones dictent leur loi, et ces petits poils découverts récemment n’en sont que la matérialisation la plus visible. Certains diront que cette pilosité soudaine est le signe de l’arrivée prochaine d’un petit garçon. Rien de très scientifique, donc attendez un peu avant d’orienter vos achats !

Si vous êtes une adepte du « 0 poil », nuançons : on ne parle pas ici d’un pelage proéminant recouvrant tout le corps. En revanche, il est possible qu’un petit duvet se forme sur le visage et le ventre, autour de la zone du nombril. Certaines femmes constatent même l’apparition de poils sur les seins ou le cou durant leur grossesse, mais cela reste rare !

Surtout, pas d’affolement ! Il s’agit d’une situation passagère, votre pilosité reprendra une densité plus classique quelques semaines après l’accouchement, une fois vos hormones calmées. Inutile de sortir l’artillerie lourde pour une situation normale et passagère. Prenons l’exemple de la zone du ventre. Si l’on commence à l’épiler, ce petit duvet pourrait finalement faire de la résistance après la naissance… Si ces quelques poils deviennent impossibles à assumer, rappelons qu’aucune méthode d’épilation n’est interdite aux femmes enceintes. Cela dit, mieux vaut rester sur une routine connue de vos mains expertes. Sinon, pourquoi ne pas déléguer cette mission à un institut de beauté ? L’occasion est idéale pour se faire dorloter durant la grossesse.

Flashback acnéique durant la grossesse

Autre effet contrariant des hormones : une acné passagère, mais bien présente ! Un petit retour en arrière qui vous rappellera les douces années adolescentes. Cette acné est due à un excès de Sébum et concerne dans la plupart des cas le dos et le visage. Toutefois, il n’existe pas de règles en la matière. On parle souvent du 3ème trimestre, mais il est fréquent que ces boutons et points noirs apparaissent dès le début de grossesse. Comme pour la pilosité, rien de pathologique pour le bébé et la maman. Ces petits désagréments s’effaceront en post-partum. Néanmoins, il ne faut pas écarter le côté psychologique. Ajouter ce genre de contrariétés peut avoir une effet néfaste sur le moral.

Il n’empêche : il ne faut sous aucun prétexte décider seule de la solution miraculeuse. Le risque est grand tant de nombreux médicaments contre l’acné sont déconseillés voire dangereux pour le développement du fœtus. Si vraiment la poussée de boutons devient problématique, pourquoi ne pas en parler à la sage-femme ou au médecin qui vous suit ? Ils vous orienteront vers un dermatologue si besoin.  Pour anticiper, mieux vaut prendre quelques bonnes habitudes : utiliser un gel nettoyant ou un pain dermatologique, choisir des crèmes naturelles et surtout… ne pas gratter ni percer !

Aie, voilà les douloureuses hémorroïdes…

Autre petit tracas lié à la grossesse : les vilaines hémorroïdes ! Conséquences directes des perturbations de la circulation sanguine, les hémorroïdes surgissent généralement durant la seconde partie de la grossesse, en parallèle de la prise de poids. Difficile de faire plus contrariant : aller aux toilettes peut devenir un vrai supplice ! On distingue les hémorroïdes internes et externes, les secondes étant plus douloureuses, entraînant de potentiels saignements.

Que faire alors ? Rester calme et se tenir à la règle immuable : pas d’automédication ! En effet, de nombreux médicaments sont contre-indiqués pendant la grossesse. Il faut donc consulter son médecin, sa sage-femme ou son pharmacien, ils vous proposeront des pommades et des suppositoires adaptés.

Un conseil : ne jamais avoir honte d’en parler ! Une large majorité de femmes souffrent de crises hémorroïdaires durant cette période. Evoquer ce problème rapidement est certes peu engageant, mais limite les risques de complications. Dans les cas les plus épineux, une crise aigue peut finir sur la table d’opération !

N’hésitez pas à vous rendre sur cet article sur Doctissimo pour en savoir plus sur les hémorroïdes pendant la grossesse.

La sciatique, ce n’est pas automatique

sciatique_grossesseEn moyenne, une femme sur deux connaîtra les joies de la sciatique au cours de sa grossesse. En général, du 5ème mois jusqu’à quelques semaines après l’accouchement, une sensation douloureuse peut se déclencher dans le haut de la fesse, et descendre même jusque dans les pieds.

Postures inappropriées, tensions musculaires, blocage articulaire… les causes sont connues, mais il n’existe aucun remède miracle pour empêcher coup sûr les douleurs au niveau du nerf sciatique. Dès le début, la sensation de pincement est très désagréable. N’attendez pas qu’elle devienne insupportable avant de consulter ! Votre médecin pourra vous orienter vers un kinésithérapeute qui vous prodiguera des conseils pour améliorer votre positionnement (debout, assise et couchée). En plus de corriger votre posture, il vous proposera également des exercices et massages à même de vous apaiser. Inutile d’ajouter cette gêne dans des semaines déjà bien chargées sur le plan physique et émotionnel !

 

N’hésitez pas à lire notre article sur l’activité physique pendant et après la grossesse !