Accompagner bébé dans l’apprentissage de la propreté

Couches-culottes pour la propreté de bébé

Apprendre la propreté est une étape fondamentale dans le développement de bébé. Après cela, rien ne sera jamais plus comme avant : le bien-être du boutchou et la fierté des parents vont de pair ! Cet apprentissage s’annonce long et délicat, l’échec faisant partie intégrante du cheminement. Votre rôle, en tant que parent, consiste avant tout à l’accompagner, avec une attitude positive et des encouragements. Le passage à la propreté doit être soutenu par des astuces pratiques et surtout une bonne dose de communication et de psychologie.

Alors, comment apprendre la propreté à bébé sans que cela devienne une obsession ?

Voici quelques conseils et informations à retenir pour que, vers ses deux ans, bébé fasse un pas décisif vers l’enfance.

Quand commencer l’apprentissage de la propreté ?

L’initiation à la propreté est un sujet compliqué et chronophage. Si tous les parents du monde préfèreraient écourter cette période, seul le rythme de l’enfant compte. C’est lui qui donne le tempo, se sent à l’aise ou pas, valide chaque étape (pour ne pas dire victoire !). Dans la plupart des cas, c’est aux alentours de deux ans que l’enfant commence à reconnaître les sensations indiquant un besoin pressant. A vous de l’accompagner et de le soutenir, sans lui ordonner des choses sur lesquelles vous n’avez de fait aucun impact. Il s’agit plutôt de communiquer avec lui et de le rassurer. Attention donc à ne pas le forcer : on risque davantage un blocage qu’une libération !

Par ailleurs, ce n’est pas parce que votre boutchou conserve ses fesses au sec depuis plusieurs semaines qu’il ne connaîtra pas de retour en arrière passager. Il ne faut alors surtout pas paniquer, pour éviter de générer un sentiment de honte : les régressions temporaires sont classiques, de simples freins et non de véritables cassures dans sa courbe de progression. Préparez-vous donc aux victoires comme aux défaites ! L’urgence doit être totalement absente. De toute manière, c’est uniquement vers 4 ans que bébé sera en âge de s’essuyer seul.

Les couches-culottes pour l’apprentissage de bébé

Couches-culottes-LittleBigChangeMalgré tout, on sait que la rapidité d’apprentissage de la propreté taraude les parents, notamment en ce qui concerne l’entrée à l’école. Chez Little Big Change, nous sommes convaincus de l’intérêt de passer au couches-culottes assez rapidement pour faciliter l’acquisition de la propreté.

Dès son 8ème ou 9ème mois, votre loulou franchit un cap en termes de mobilité. Finies les longues plages d’immobilité, il veut désormais découvrir le monde, en tous cas votre chaleureux foyer dans un premier temps. Il souhaite être libre de ses mouvements, ce qui colle totalement à la définition de la couche-culotte, plus souple et plus facile à passer. Cette transition vers les couches-culottes s’inscrit dans une démarche plus globale d’autonomie, l’envie de faire comme les adultes.

Dès son 18 ou 19ème mois, il débute l’apprentissage de la propreté, et porter des couches-culottes jetables fait partie intégrante de ce processus. Viendra ensuite le temps des culottes d’apprentissage lavables, autrement appelées culottes de propreté. Elles constituent la dernière marche avant de passer aux classiques sous-vêtements.

Le passage au pot de bébé, l’étape finale vers la propreté

L’apprentissage du pot passe avant tout par beaucoup de communication. Il faut expliquer calmement les choses, afin qu’elles apparaissent naturelles pour le petit. Un effort de pédagogie est demandé aux parents. Ils doivent encourager bébé sans lui faire peur. Par exemple, on peut lui expliquer pourquoi on doit aller « sur le pot », comment fonctionne le corps en vulgarisant et l’inscrire dans une démarche collective pour « faire comme maman et papa ». L’apprentissage de la propreté n’est pas un sprint, mais bien une course de fond.

Un bon marqueur : on dit que lorsque bébé monte et descend des escaliers c’est que le passage au pot n’est plus très loin.

Avant tout, votre boutchou doit être prêt psychologiquement pour ce grand changement. Pour cela, il faut le mettre en confiance. La période de familiarisation passe par la mise en place d’une routine. On peut par exemple l’emmener sur son pot d’apprentissage à heure fixe, lui expliquer la démarche. Et pourquoi ne pas l’installer à côté de vous, lui sur le pot et vous assis(e) sur le WC familial ?

Concernant le modèle et le design du pot, n’hésitez pas à le faire participer activement au choix. Il doit être à l’aise avec le modèle. A ce titre, il est vivement conseillé de lui créer son propre coin pipi, avec un minimum d’intimité.

Plus globalement, vaincre les peurs et les appréhensions de votre loulou reste la clé d’un passage réussi au pot de propreté.