Douleurs au ventre pendant le 9e mois de grossesse, que faire ?

Vous voilà maintenant arrivée dans le dernier mois de votre grossesse. L’excitation de rencontrer votre bébé commence à se mêler aux différents symptômes pas toujours faciles à supporter. Douleurs ligamentaires, contractions physiologiques ou de travail, comment identifier des douleurs au bas ventre durant le 9e mois de grossesse ? Pas d’inquiétude, découvrez tous nos conseils pour les différencier et apprendre à les gérer.

Douleurs ligamentaires : le corps se prépare à l’accouchement.

Afin de bien comprendre d’où viennent précisément les douleurs ligamentaires durant la grossesse, une petite leçon d’anatomie s’impose. L’utérus est un muscle maintenu aux os du bassin grâce à des ligaments. Au fur et à mesure que le fœtus poursuit sa croissance, l’utérus augmente de volume en même temps. Toutefois, les ligaments doivent continuer à supporter son poids croissant. À force d’être sur-sollicités et étirés à l’extrême, ces derniers finissent par provoquer des tiraillements et des douleurs plus ou moins intenses. De plus, les petits ligaments situés autour du bassin deviennent plus sensibles sous l’effet des hormones.

Si les douleurs ligamentaires peuvent se faire ressentir dès le premier trimestre de grossesse, elles s’accentuent naturellement au cours des derniers mois de cohabitation avec bébé.

Pour apprendre à reconnaître ces douleurs caractéristiques, quelques symptômes peuvent vous aider en vous mettant la puce à l’oreille :

  • douleurs dans le bas-ventre ;
  • tiraillements au niveau du pubis, de l’aine et descendant même parfois dans les cuisses ;
  • sensation de picotements ou de petits coups d’aiguille ;
  • impression de décharges électriques.

Pour soulager des douleurs ligamentaires, prendre un bain chaud peut être efficace pour relâcher les tensions. Votre médecin peut éventuellement vous prescrire un traitement compatible avec la grossesse pour atténuer les douleurs.

Quelle est la sensation d’une contraction ?

Si elles ne sont pas toujours facilement différenciables des douleurs ligamentaires, les contractions sont pourtant bel et bien différentes.

L’utérus étant un muscle, il se contracte naturellement tout au long de la vie de la femme. Toutefois, les contractions se font plus nombreuses durant la grossesse, car elles visent à préparer le corps en vue de l’accouchement.

Lors d’une contraction, le ventre se fige et se durcit durant quelques secondes, avant de reprendre son état initial. Ce phénomène peut éventuellement se répéter plusieurs fois de suite et jusqu’à dix fois par jour.

Des contractions non douloureuses et physiologiques (dites de Braxton Hicks) peuvent être ressenties durant toute la grossesse, mais elles sont évidemment plus fréquentes au cours du 9e mois. Bien qu’elles puissent être désagréables, elles sont de faible intensité, et ne présentent aucun risque pour la grossesse, bien au contraire. Les contractions non douloureuses sont à dissocier des contractions de travail, qui annoncent quant à elles un accouchement imminent.

Comment savoir si ce sont des contractions de travail ?

Redoutées par les futures mamans, mais nécessaires au bon déroulement de l’accouchement, les contractions de travail sont destinées à faciliter la sortie de bébé.

Vous ressentez des contractions douloureuses ? Pour savoir si ce sont des contractions de travail, deux éléments sont à prendre en compte :

  • La fréquence : les contractions de travail sont régulières. D’abord toutes les 10 min, puis même toutes les 2 min une fois le travail bien enclenché. Ces contractions de l’utérus participent activement à l’expulsion du fœtus. Regardez votre montre et notez le rythme des douleurs pour en avoir un aperçu.
  • L’intensité : les contractions de travail sont particulièrement douloureuses et elles s’intensifient au fur et à mesure que le travail progresse. Lorsqu’elles deviennent insupportables, l’anesthésiste peut vous proposer la péridurale.

Les douleurs liées aux contractions de travail varient d’une femme à l’autre. Nous n’avons d’une part pas toutes une résistance équivalente face à la douleur et certaines contractions sont plus difficiles à gérer que d’autres. Parfois, la douleur se fait ressentir au niveau du ventre, parfois elle irradie du dos. Une chose est sûre : lorsque le travail a commencé, les contractions de travail ne se calmeront pas, jusqu’à l’expulsion du bébé et du placenta. De temps en temps, il arrive que les contractions de travail surviennent au cours du 9e mois et ne durent pas. Elles vont et viennent, agissent sur la dilatation du col, mais n’annoncent pas un accouchement imminent. Les sages-femmes recommandent de se rendre à la maternité après au moins deux heures de contractions régulières et douloureuses.

Contractions ou douleurs ligamentaires pendant le 9e mois de grossesse? Les douleurs dans le bas-ventre ne sont pas toujours faciles à identifier. Quoi qu’il en soit, si vous ressentez des élancements intenses, n’hésitez pas à contacter votre gynécologue ou votre sage-femme afin de faire le point : faites confiance à votre instinct maternel.