Comment savoir si je fais un déni de grossesse ?

comment savoir si on fait un déni de grossesse

Enceinte sans le savoir, c’est possible ? Avez-vous déjà entendu parler de ces mamans qui apprennent qu’elles attendent un enfant lorsque la grossesse est déjà bien engagée ou de celles qui n’en prennent connaissance qu’au moment de l’accouchement ? Qu’est-ce-qu’un déni de grossesse ? Quels en sont les symptômes et quelles conséquences cela peut-il avoir ? Lisez attentivement notre dossier spécial pour le découvrir.

Qu’est-ce que le déni de grossesse ?

 

Autrefois tabou, on sait désormais que n’importe quelle femme en âge de procréer peut être concernée par un déni de grossesse au cours de sa vie. Si cette situation reste rare, elle est toutefois plus fréquente qu’il n’y paraît.

Définition

Cela désigne le fait d’être enceinte, sans en avoir conscience. Le corps ne présente aucun des symptômes typiques de la grossesse (nausées, vomissements, fatigue, prise de poids…) et certaines femmes enceintes peuvent même continuer à être menstruées de manière tout à fait régulière. Ainsi, la future maman ignore totalement sa grossesse et son entourage ne se doute pas non plus qu’elle est enceinte. Les professionnels de santé parlent de « contagion » du déni de grossesse. Plus impressionnant, lorsqu’une femme fait un déni de grossesse, son ventre ne s’arrondit pas : dans cette situation, le bébé ne se place pas de manière classique, mais se positionne sur le côté, tout en longueur.

L’absence de signes de grossesse

Comment peut-on expliquer cette grossesse « invisible » ? Les spécialistes évoquent un mécanisme psycho-corporel de défense totalement inconscient : les femmes n’ont pas conscience de leur grossesse puisque leur corps ne leur laisse rien paraître. Parfois, certains symptômes de grossesse peuvent apparaître comme des nausées ou des douleurs au ventre : les femmes enceintes imaginent alors en toute ignorance qu’il s’agit d’une indigestion.

Qui peut faire un déni de grossesse ?

 

Toutes les femmes peuvent au cours de leur vie vivre un déni de grossesse. Toutefois, certains facteurs « à risque » sont souvent retrouvés dans les cas de déni de grossesse :

  • grossesse résultant d’une agression sexuelle ;
  • grossesses rapprochées ;
  • contexte social et familial compliqué ;
  • stérilité supposée.

Ainsi, les femmes jugées comme psychologiquement « fragiles » ne sont pas les seules à pouvoir faire un déni de grossesse.

Y a-t-il plusieurs types de dénis de grossesse ?

 

Deux situations peuvent se présenter :

  • Le déni de grossesse partiel : la femme enceinte découvre sa grossesse après le premier trimestre, mais avant le terme.
  • Le déni de grossesse total : la maman n’apprend sa grossesse qu’au moment de l’accouchement.

En cas de déni de grossesse partiel, il n’est pas rare que le ventre de la femme enceinte « sorte » dans les heures suivant son annonce, une fois qu’elle a pris conscience de son état.

Comment détecter un déni de grossesse ?

 

La femme enceinte ne présentant aucun symptôme de grossesse, il semble difficile de déceler ce cas particulier. Souvent, dans les cas de déni partiel, la grossesse est découverte de manière fortuite à l’occasion d’un bilan sanguin ou gynécologique de routine ou encore en cas de symptômes pouvant évoquer une autre pathologie amenant la patiente à réaliser des examens médicaux. Par exemple, elle souffre de douleurs abdominales et à la suite d’une échographie prescrite par son médecin, la grossesse est découverte. Seules une prise de sang et une échographie pelvienne peuvent confirmer avec certitude l’existence d’une grossesse, lorsque le doute est présent.

Quelles sont les conséquences d’un déni de grossesse ?

 

Un déni de grossesse peut être à l’origine de nombreuses souffrances chez la future maman, comme chez son bébé.

Les risques pour le bébé

Le risque majeur pour le bébé est celui de l’accouchement pouvant survenir n’importe quand, n’importe où. La femme enceinte n’ayant pas conscience de sa grossesse (en cas de déni total), elle peut potentiellement accoucher seule, sans présence d’un tiers et les complications lors de l’accouchement (souffrance fœtale, cordon ombilical enroulé autour du cou…) peuvent être réelles. Par ailleurs, la future maman n’étant pas consciente de porter la vie, elle peut par exemple continuer à consommer de l’alcool ou du tabac qui peuvent sérieusement affecter le développement du fœtus in utero.

Les risques chez la maman

L’annonce d’une grossesse déjà bien engagée à la future maman peut représenter pour elle un véritable choc et la plonger dans une détresse psychologique. Ce sentiment d’incompréhension face à cette situation exceptionnelle peut causer des blocages dans la manière de vivre sa maternité, voire mettre en péril le lien naturel d’attachement entre la mère et son enfant. Enfin, elle peut éprouver un sentiment de culpabilité de ne pas avoir pu aimer son enfant lorsqu’elle le portait.

En présence d’un déni de grossesse, partiel ou total, la maman bénéficie d’une prise en charge médicale et psychologique adaptée en milieu hospitalier afin de l’aider à accepter la situation.

Le déni de grossesse est un mécanisme complexe. En cas de grossesse suspectée, seuls des examens médicaux pourront la confirmer.