Combien d’enfants ferez-vous VS réalité ?

Bercés par de nombreux contes dans lesquels les fins sont invariablement « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », pressés par la société qui vous rappelle que vous êtes dans l’âge de procréer, stressés par votre boss qui craint la désorganisation et vos copains qui voudraient que vous leur ressembliez…

Bref, cette question vous agace, surtout que vous-même n’avez pas la réponse.

Les temps changent, alors prenons le temps justement d’y réfléchir avant d’être parent

On prend davantage le temps de réfléchir aujourd’hui. Le premier bébé n’arrive plus à la 2e année de Fac comme pour nos mères. La plupart d’entre nous font leur entrée dans la vie active sans rejetons collés à leurs baskets.

Pendant ce temps, on intellectualise presque le fait de devenir parent. Même la société s’est calée sur ce rythme. Votre grand-mère attendra presque vos 30 ans révolus avant de vous asséner à chaque rencontre, « mais alors tu vas faire des enfants bientôt ? ».

Comme si c’était aussi simple et non-engageant que d’acheter de nouvelles brosses à dents sur internet.

En effet, avec un bébé, pas de droits de retours, d’échange et encore moins de remboursement. Bref, réfléchir sereinement et sincèrement au nombre d’enfants que vous aimeriez avoir est important, presque noble.

 

On rêve néanmoins

Famille avec enfants - Combien d'enfants ferez-vous ?Certains s’évertuant à faire perdurer les mythes des contes, sur les réseaux sociaux en particulier, alors on se prête à rêver.

À force de regarder les photos Instagram des familles les plus populaires et celles de nos potes déjà parents, on se plairait bien à imaginer une famille avec 3 voire 4 enfants. Vos enfants seraient adorables évidemment. Vous vous imaginez serrés comme des sardines sur le canapé en hiver pour se tenir chaud en lisant des livres, vous feriez des fêtes déguisées aussi, vous joueriez sans disputes ni incompréhensions… c’est peut-être ça le bonheur, le nombre ?

Vous aviez un copain d’ailleurs, à l’école, qui avait une famille nombreuse. Ils étaient 5 ou 6 enfants, vous ne savez plus, mais ça avait l’air génial ! Tout le monde criait mais avait sa place. Les repas étaient animés, ça ressemblait un peu à la colo. Cette perspective d’être une famille nombreuse peut en effet laisser rêveur avant d’entrer dans l’arène des néo-parents.

 

Des essais pour avoir un bébé qui peuvent parfois durer

Vous n’avez pas d’antécédent médical spécifique, vous n’avez pas joué avec le feu de la ménopause, votre couple est surpris que ce ne soit pas aussi immédiat. On désactive le mode contraception, et on attend…. Chaque mois avec angoisse vous surveillez si les règles sont de retour ou non.

Certains couples, comme touchés par un coup de baguette magique, attendront moins d’un trimestre, mais la plupart des couples attendront une petite année au moins.

La réalité vous rappelle que la vie rêvée des contes s’arrête à leur 4e de couverture.

Certains (nombreux) couples connaîtront même la galère. On n’en parle pas trop, on préfère les contes de fée. Mais quand vous passez à la phase d’aide médicale pour avoir un enfant, votre couple teste clairement sa solidité.

Vous avez attendu déjà plusieurs mois. Et devant l’incompréhension face au néant – à l’absence de bébé – vous consultez. Vous passez sous les scanners des médecins pour étudier s’il y a un problème et chez qui.

Sympa, vous imaginez l’ambiance. Vous vous aimez et les médecins vous viennent en aide pour répondre à la question « à qui la faute ? Vous ? Votre partenaire ? Les deux ? ». On vous partage de bonnes ondes. Car entre entre piqûres à répétition et RDV chez le médecin, votre moral comme votre physique sont mis à rude épreuve. Vous pourriez à ce stade conclure que votre couple c’est le plus important, ou décider ensemble de persévérer. Dans ce cas, poursuivez la lecture.

 

Vous avez enfin votre premier bébé

premier bébé Ça y est, on peut vous appeler parent. Vous n’êtes pas peu fier de ce nouveau statut.

Mais, vous n’avez pas fini votre congé parental que, déjà, votre entourage vous demande à quand le deuxième. Sérieux ? Laissez-nous le temps. Rétorquez aux langues de vipère « Si vous voulez une famille nombreuse il y a plein d’enfants à adopter. Même pas besoin de les faire. »

Au premier enfant, le constat est unanime : ce petit être vous fait craquer. Vraiment. Dans les deux sens du terme, hein. Ses petits yeux demandant un câlin vous font fondre tout autant que des heures à l’entendre pleurer en continu vous font presque disjoncter.

Puis, la première année ayant été passée, la question vous revient. Combien d’enfants voulez-vous ? Certes, vous êtes encore dans les couches, mais un peu moins dans les biberons.  Et : oh bonheur ! vous faites partie de ceux qui dorment plus de 8h d’affilée. Bien sûr si vous sortez le samedi soir et vous couchez à 2 heures c’est moins évident. Mais bon, vous avez trouvé un rythme.

Alors vous vous dites et pourquoi pas un 2eme enfant ?

 

La conception du 2eme.

Calé ou presque avec le rythme du premier, vous avez le sentiment que tout roule et vous avez raison. Alors vous rempilez pour mettre le 2e en route.

Avec un peu de chance, vous attendrez seulement quelques mois, ou alors vous vivrez pleinement la galère de l’assistance médicale.

Dans ce cas, vous connaîtrez peut-être des phrases comme « cette fois, ce serait possible qu’il y ait des triplés ». Ah, mais ça ne vous arrange pas trop, ça ! Vous n’osez pas le dire. Le médecin vous proposera délicatement « de ne pas tous les prendre ». Vous avez le sentiment d’être en plein cauchemar.

Bon finalement, une fin heureuse point. Vous réussissez par miracle à sortir de cette galère avec seulement un deuxième enfant sur le chemin.

Donc si on reprend les calculs, vous allez être une famille parfaitement classique de 4, avec 2 enfants.

N’hésitez pas à lire notre article qui vous explique ce qui changera avec l’arrivée d’un deuxième enfant.

 

L’arrivée du 2e bébé

Maman avec deux enfants. Combien d'enfants ferez-vous ?Cette arrivée vous ne l’aviez pas envisagé aussi intense. Ce n’est pas le premier enfant le plus dur mais bien le deuxième bébé.

Passé maître dans l’art de la parentalité avec le premier, vous imaginiez votre équilibre à peine ébranlé par l’arrivée d’un nouveau bébé.

En réalité, votre univers est complètement chamboulé : l’aîné se sent perdu.

Vous, avec quelques années de plus, vous n’êtes pas vraiment plus endurant sur les nuits courtes. Ça vous amusait un peu pour le premier de revivre une partie de vos années étudiantes. Là vous êtes à bout de fatigue, ça fait plusieurs années que vous ne dormez plus, en tout cas pas assez.

Le deuxième enfant, encore plus quand les enfants sont proches, est une activité d’athlète de haut niveau pour tout parent. Votre rythme devrait renouer avec un nouvel équilibre après la première année. Courage !

 

Alors prêts pour un 3e, un 4e enfant ?

Eh bien, une fois que vous avez pu juger sur pièce l’impact d’un 2e bébé dans votre vie, il y a des chances que vous révisiez votre objectif finalement. Un ou deux enfants vous apportent déjà énormément. Le plus important ce n’est pas le nombre mais la qualité. Certains ont probablement une nature plus encline pour les familles nombreuses, mais cela suppose d’être encore plus généreux en temps.

Laissez vous le temps, vous en accueillerez – au choix de Dame Nature – peut-être un petit dernier dans quelques années.

 

Soyez heureux, c’est tout ce qui compte !